100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 01.12.2010 09h38
Des vidéos de lapins torturés mettent à nouveau en exergue le problème des droits des animaux

Les experts des droits des animaux viennent d'appeler à l'adoption urgente d'une loi pour mettre fin à la cruauté sur les animaux, à la suite de la révélation de l'existence d'un nouveau créneau commercial derrière la large diffusion de vidéos de torture de lapins sur internet.

Une jeune femme, qui a été payée pour torturer des lapins jusqu'à la mort dans un clip vidéo, s'est rendue à la police après que des internautes en colère aient lancé une « chasse à la chair humaine » contre elle et aient réussi à découvrir son identité, a rapporté mardi l'Agence de Presse Xinhua.

Cette jeune femme, âgée de 26 ans et qui utilise le pseudonyme de Huang Xu, était apparue dans une vidéo d'une durée de quatre minutes, dans laquelle elle torturait un petit lapin avec ses chaussures à talons aiguilles avant d'écraser la malheureuse créature jusqu'à la mort en s'asseyant sur une plaque de verre épais placée sur l'animal.

Cette vidéo a été d'abord mise en ligne sur mop.com, un site internet chinois populaire, et elle aurait attiré plus de 500 000 visiteurs dès le premier jour de sa diffusion.

Un ami resté anonyme de Huang Xu a dit qu'elle est impliquée dans ce commerce clandestin depuis 2007, quand elle a mis son curriculum vitae en ligne pour trouver un travail. Un homme l'a contactée et lui a proposé un travail consistant à faire des vidéos de « préparation de salades avec les pieds », dans lesquelles sa tâche était de piétiner des fruits avec des des chaussures à talons aiguilles.

Cet homme, qui n'a pas été identifié par l'ami de Huang Xu, aurait affirmé à Huang Xu que les vidéos ne seraient vendues qu'à l'étranger et qu'elle toucherait 100 Yuans (15 Dollars US) à chaque fois qu'elle écraserait un fruit.

Mais, petit à petit, cet homme a commencé à exiger de Huang Xu qu'elle écrase des animaux comme des poissons, des insectes et des lapins, et l'aurait menacée de diffuser ces vidéos en ligne si jamais elle abandonnait ce « travail », d'après l'article de Xinhua.

Elle a dit avoir reçu 400 Yuans pour torturer le lapin et avoir cessé de pratiquer ces activités par la suite. Depuis lors, elle a été victime de harcèlement psychologique, toujours d'après l'article.

L'article a également cité les propos de Huang Xu, selon lesquels elle espérait que la police trouverait au plus vite ceux qui, cachés derrière ces scènes, exercent ce commerce indécent, afin d'empêcher ces personnes de continuer à piéger d'autres jeunes femmes innocentes.

Un célèbre internaute, Liusuifeng, a également révélé sur tianya.com, un des forums en ligne les plus populaires de Chine, que ce genre de vidéos était produit par des personnes partageant la même « passion », les « crushfetish » (fétichistes de l'écrasement), qui engagent des jeunes femmes pour torturer des animaux.

En septembre 2009, une proposition de loi sur la prévention de la cruauté sur les animaux, rédigée par une équipe d'experts dirigée par Chang Jiwen, professeur à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales, avait suggéré que la torture pratiquée sur les animaux devienne une infraction punissable par la loi.

Le projet proposait aussi des directives relatives aux critères de base pour le traitement des animaux dans différentes situations, dont la prévention des maladies et les soins médicaux.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'Iran met en garde contre l'assassinat de ses physiciens
La Chine propose des concertations d'urgence entre les chefs des délégations des pourparlers à six
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
La mort de Wang Bei reflète la situation réelle de la société chinoise
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations
Pour quelle raison le repas à la française a été inscrit sur la liste du patrimoine intangible ?