Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 16.12.2010 16h16
Le nouveau plan de la ville de Beijing accélère la folie d'achat de voitures

Jetez donc un oeil sur une liste de cadeaux de Noël faite par un habitant de Beijing, et il y a des chances que vous y trouviez une nouvelle voiture, ou pour être plus précis, une nouvelle plaque d'immatriculation.

Depuis l'annonce du plan visant à restreindre l'achat de véhicules et leur enregistrement à compter du 1er janvier prochain, nombreux sont ceux qui font des pieds et des mains pour mettre la main sur cet « objet indispensable » pour les fêtes de la fin de cette année.

Cette décision, qui a d'ores et déjà reçu l'approbation du Conseil des Affaires d'Etat, vise à résoudre le problème handicapant des encombrements, qui étrangle Beijing. S'il rencontre le succès, ce modèle pourrait ensuite être copié dans d'autres villes chinoises.

Comment le gouvernement va-t-il exactement faire baisser les ventes d'automobiles, cela reste encore obscur, et bien rares sont les acheteurs potentiels qui ont envie de tenter le Diable en attendant d'y voir plus clair.

« J'ai entendu dire que les autorités pourraient limiter l'achat d'une voiture par les personnes qui, comme moi, n'ont pas le hukou (titre de résidence permanente) de Beijing », a dit Li Sisi, âgée de 26 ans et qui vient de la capitale de la province du Shaanxi, Xi'an. « C'est pour ça qu'il faut que j'en achète une maintenant ».

D'autres acheteurs potentiels disent craindre que les actuelles réductions de taxes et autres subventions à la reprise disparaissent quand la nouvelle réglementation entrera en vigueur.

Les concessionnaires jouent sur du velours cet hiver, nombre d'entre eux ayant abandonné leurs habituelles promotions saisonnières. Cela ne dissuade pourtant pas les acheteurs de continuer à venir.

Li Sisi, qui tient une boutique en ligne, fait partie des milliers de personnes qui ont déferlé le week-end dernier sur le marché automobile de Yayuncun, le plus grand de Beijing, pour y conclure un achat.

« A l'origine, je voulais vraiment une Volkswagen Polo rouge, mais maintenant, la couleur m'importe peu, et je suis même prête à payer plus que les autres pour avoir une voiture », a-t-elle dit.

Et comme beaucoup d'autres, elle a découvert qu'acheter une voiture en ce moment est tout sauf une partie de plaisir, les marques et modèles les plus populaires étant très souvent en rupture de stock dans toute la ville.

Par contraste avec les mois précédents, quand les concessionnaires s'appuyaient sur des remises et promotions pour appâter les clients, les vendeuses et vendeurs du marché de Yayuncun disent que la demande a explosé dans la première moitié de décembre, les ventes de certains modèles ayant même doublé.

Plus de 20 000 véhicules ont ainsi été vendus pour la seule première semaine de décembre, soit plus du double que pour la même période de l'année dernière.

Les acheteurs de Beijing ont acquis environ 96 000 voitures en novembre, en hausse de 33% d'une année sur l'autre. Ce chiffre devrait atteindre 100 000 unités ce mois-ci, les habitants de la ville se précipitant pour profiter des avantages fiscaux avant qu'ils ne disparaissent.

« Oubliez les remises ! Les gens vont devoir sortir plus d'argent s'ils veulent conduire leur voiture hors de la concession avant le 1er janvier », a dit Lu Qiming, vendeur Volkswagen sur le marché de Yayuncun. « J'aimerais beaucoup avoir plus de voitures à vendre ».

Le projet de plan de gestion de la circulation de la ville de Beijing, qui a été publié lundi; a également précisé que les services gouvernementaux se verront également interdits d'acheter d'autres véhicules durant la période du 12e Plan quinquennal (2011-2015).

Les autorités municipales détiennent actuellement environ 700 000 véhicules, soit près de 15% de tous ceux enregistrés dans la ville, d'après des statistiques officielles.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine souhaite que les pays concernées cessent les récriminations et stabilisent la situation dans la péninsule coréenne
Chine : l'APN va continuer ses discussions sur un amendement au Code pénal
Pourquoi le « Made in China » est plus cher
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix