Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 24.12.2010 08h53
Les cosmétiques traditionnels chinois passe l'épreuve du temps


[1] [2]

La médecine chinoise traditionnelle cosmétique a une histoire de 1 600 ans. Elle ne concurrence pourtant que depuis peu les grandes marques internationales modernes.

L'étudiante Lu Jing, essaie de se débarrasser de son acné depuis trois ans. Elle a utilisé des dizaines de produits pour estomper les cicatrices disgracieuses sur son visage, malheureusement sans succès. Il y a trois mois, un médecin lui a prescrit des médicaments issus de la médecine chinoise et tibétaine traditionnelle dans sa ville natale, située dans la région autonome de Mongolie intérieure. Il lui a demandé de mélanger une poudre mystérieuse avec du blanc d'œuf chaque soir et de l'appliquer sur sa peau. Aujourd'hui, la jeune femme âgée de 25 ans a dit adieu à ses comédons et n'a plus que quelques cicatrices.

D'après la Chambre de culture de la beauté et des cosmétiques de la Fédération chinoise de l'industrie et du commerce, les sociétés étrangères occupent plus de la moitié du marché intérieur des cosmétiques et engrangent 80 % des profits.

Pourtant, des personnes comme Lu Jing se tournent de plus en plus vers la médecine chinoise traditionnelle pour soigner leurs problèmes dermatologiques non résolus par les produits occidentaux.

Lorsque Lu est revenue à Beijing, elle a cessé d'utiliser les cosmétiques importés et se rend désormais dans des pharmacies nationales réputées pour se procurer des laits nettoyants, des crèmes et des masques. Elle achète également des produits de la célèbre pharmacie Beijing Tongrentang, qui a une ancienneté de 140 ans.

« Tongrentang promeut la médecine chinoise traditionnelle et est devenu le numéro un du marché » indique Huang Xing, directeur général de Guangzhou Yanzhuang Cosmetics Ltd.

Jiang Xiaojun, directeur du département publicitaire de Tongrentang, estime que les produits dermatologiques de la société ont passé l'épreuve du temps.

Ces produits comprennent des remèdes initialement prescrits par Wang Tao, un médecin de la dynastie Tang (618-907 après J.-C.), composés de tuckahoe, de salvia à racine rouge, de ginseng et d'herba leonuri pour améliorer le teint blême et hydrater.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine rejette les critiques du Vatican sur ses affaires religieuses
Chine : hausse des prix de l'essence et du diesel
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher