Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 18.01.2011 08h25
Acheter, emprunter ou louer

Alors que les jeunes commencent leur vie d'adulte, ils doivent non seulement faire face à un marché du travail hautement compétitif, mais aussi à la forte hausse des prix de l'immobilier, qui force nombre d'entre eux à choisir entre l'indépendance financière ou le recours aux parents ou aux banques pour obtenir un financement.

Voici le détail des comptes de trois jeunes adultes résidant dans trois différentes grandes villes et les choix qu'ils ont faits pour obtenir une tranquillité d'esprit.

« Je ne peux pas mettre de pression sur mes parents. » - Wang Hao, Shanghai

Wang Hao, représentant typique de la génération des années 70, est né dans le Henan, mais vit à Shanghai depuis huit ans. Il est propriétaire de son appartement, et ce, sans avoir pris un sou à ses parents. Toutefois, lorsqu'il est arrivé à Shanghai en 2002, il a dû gérer une situation délicate. Il est arrivé avec sa petite amie après avoir obtenu son diplôme d'université et les deux jeunes gens se marièrent avant la fin de l'année. Si à l'époque les prix moyens de l'immobilier à Shanghai tournaient autour de 3 000 yuans le mètre carré, c'était néanmoins une somme importante pour les jeunes mariés. Ils durent donc dans un premier temps louer un appartement.

Le père de Wang est un agriculteur ; la famille connaissait donc des difficultés financières. Sa jeune sœur commença à travailler après le lycée afin d'aider ses parents. Malgré tout, les parents réussirent à payer l'éducation de Wang, ce dont il est très reconnaissant.

« Je suis conscient des efforts qu'ont consentis mon père et ma famille pour me permettre de poursuivre des études universitaires, je ne pouvais donc pas leur demander en plus de m'aider à acheter un appartement », explique Wang.

En 2004, la femme de Wang tomba enceinte et il décida alors d'acheter un appartement. Après une recherche ardue, essayant de trouver un appartement bien situé et abordable, il obtint un prêt et acheta un appartement pour 800 000 yuans. L'année dernière, il a fini de rembourser son prêt avant le terme prévu.

« J'obtiendrai tout ce que je veux, y compris un appartement, si je réussis professionnellement. » - Li Yong, Beijing

Li Yong, représentant typique de la génération des années 80, est resté à Beijing après avoir été diplômé de l'université Tsinghua en 2003. Il a créé sa propre entreprise en 2005 et a acheté son appartement en 2007.

Contrairement à de nombreux autres jeunes faisant de l'achat d'un appartement une priorité, Li s'est d'abord concentré sur sa carrière. « J'étais convaincu que si je réussissais professionnellement, j'obtiendrais tôt ou tard ce que je voulais, y compris un appartement dans une grande ville », raconte Li.

Alors qu'il s'investissait dans son travail, il oublia l'idée d'acheter un appartement. Sur une période de deux ans, Li déménagea quatre fois. Pour ne rien arranger, sa première entreprise coula et dut fermer ses portes. Il resta toutefois déterminé à réussir.


[1] [2]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence