Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 19.01.2011 16h58
La Fête du Printemps peut aussi se transformer en moment de stress...

Avec la Fête du Printemps qui arrive dans quelques jours, et le réseau de transports du pays qui se prépare fébrilement pour la période de voyage la plus chargée de l'année, des millions de personnes s'apprêtent à retourner dans leur ville natale pour se réunir avec leur famille.

Zhao Shuling, une femme d'affaires de 37 ans qui travaille à Beijing, n'est pas de celles-là. Au lieu d'acheter un billet de train pour retourner dans sa province natale, l'Anhui, elle prépare un voyage à l'autre bout de la Chine.

« Je ne rentrerai pas chez moi cette année. Je vais me chouchouter et offrir une fête à mes yeux avec les merveilleux paysages du Yunnan », a-t-elle déclaré.

La raison pour laquelle Melle Zhao refuse de rentrer chez elle est surtout due au fait que les relations avec sa famille sont tendues.

Elle a dit que ses parents avaient commencé à lui raconter combien ils se sentaient « honteux et gênés » en face de leurs voisins, connaissances et même étrangers, tout cela parce qu'elle n'est pas encore mariée à 37 ans.

« Ils (mes parents) s'inquiètent plus de l'opinion de leurs voisins que de la mienne », a dit Melle Zhao. « Ils me font la morale et me mettent la pression, comme si je n'étais rien d'autre qu'une perdante totale si je ne mariais pas ».

Et Melle Zhao n'est aucunement la seule dans ce cas. D'après des articles des médias, nombreux sont ceux qui cherchent toute une kyrielle de raisons créatives pour faire face à ce dilemme.

Le Hangzhou Daily a ainsi rapporté qu'une jeune femme de 28 ans, du nom de Ye, a récemment posté une annonce en ligne pour chercher un homme pouvant jouer le rôle de petit ami pendant cinq jours lors de la Fête du Printemps.

Il n'y a aucune donnée officielle sur le nombre de femmes ou d'hommes en Chine qui hésitent à retourner chez eux pour la Fête du Printemps de peur d'être harcelés par leur parents voulant qu'ils se marient.

Cependant, une enquête menée auprès de 200 travailleurs migrants à Xiamen, capitale de la province du Fujian, a constaté qu'environ un tiers d'entre eux a choisi de ne pas rentrer, mais plutôt de rester dans la ville où ils se trouvent pour des raisons similaires, d'après le journal local Strait Herald.

Le cauchemar du voyage

D'autres facteurs -dont la difficulté d'obtenir un billet de train ou de ne pas avoir assez d'argent pour acheter des cadeaux pour les proches ou la famille- contribuent aussi à cette phobie de la Fête du Printemps, a rapporté lundi Oriental TV, de Shanghai.

« Le voyage de retour chez soi, qui commence avec la bagarre pour décrocher un billet de train ressemble plus à une bataille épuisante qu'autre chose », a dit Li Yuqin, employé de 26 ans qui travaille à Beijing.

Avec la fête la plus importante de la culture chinoise qui s'annonce, les billets de trains pour le Chunyun (le voyage durant la Fête du Printemps) restent rares, en dépit des efforts faits pour incorporer un réseau ferré à grande vitesse ou de mesures comme limiter le nombre de billets qu'un individuel peut acheter.

Les cadeaux pour les proches et les amis au pays se révèlent aussi être un fardeau pour certains. Les enquêtes montrent que la majorité des cols blancs dépensent en moyenne 4 000 Yuans (607 Dollars US) pour cette semaine de fête, alors que pour certains, cela peut aller aussi haut que 10 000 Yuans (1 518 Dollars US), a rapporté Oriental TV.

Pour d'autres, après une année de stress et de travail difficile, la Fête du Printemps n'offre pas d'autre perspective qu'une semaine de dîners épuisants chez les amis ou les proches, une autre raison qui fait que Li Yuqin, natif du Guizhou, hésite à rentrer chez lui.

Pour Wu Jingao, travailleur migrant à Xiamen, ne pas retourner chez lui pour la Fête du Printemps veut dire qu'en plus d'économiser une jolie somme qui ne passera pas dans l'achat d'un billet, il va aussi pouvoir gagner trois fois le salaire normal en travaillant dans son usine à cette époque.

Père de famille âgé de 32 ans, originaire de l'Anhui, il gagne environ 1 400 Yuans (212 Dollars US) par mois. C'est à dire s'il chérit donc ce supplément d'argent, car il pourra l'utiliser pour acheter de la poudre de lait de marque pour son petit garçon âgé d'un an, a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?