Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 03.03.2011 10h03
Seuls 6% des Chinois seraient heureux, d'après un sondage

Seuls 6% des Chinois se considèreraient comme heureux, en dépit des efforts faits par le Gouvernement pour améliorer le sentiment de bonheur de la population, a montré une enquête publiée mercredi.

Cette proportion est en fort contraste avec ce qui est constaté au Danemark, par exemple, qui arrive en tête d'un autre sondage récent. Là-bas, 82% des gens se considèrent comme heureux, d'après un sondage effectué par Gallup World Poll. Ce même sondage a placé la Chine en 125e position d'un tableau sur le bonheur mondial.

Le Gallup World Poll a enquêté auprès de sondés venant de 155 pays entre 2005 et 2009, et mesuré leur satisfaction générale à propos de leur vie et de leurs expériences quotidiennes.

L'enquête chinoise sur le bonheur a quant à elle été conduite par le portail d'informations china.com.cn. Ce portail a interrogé quelque 1 350 internautes à quelques jours de la réunion annuelle du Congrès National Populaire, où la demande pour un peu plus de bonheur sera probablement un thème clé.

L'enquête china.com.cn a montré que près de 40% des Chinois croient que le bonheur est déterminé par le niveau de richesse d'une personne. Le deuxième facteur le plus important est la « pression psychologique », qui a été placée en tête par 27% des sondés.

Mais fort heureusement, il n'y a pas que des mauvaises nouvelles. Quelque 36% des sondés ont dit que leur vie s'était améliorée durant les cinq dernières années.

Ce sont ceux qui habitent dans les villes de premier plan qui sont les moins satisfaits, ressentant davantage de pression du fait du prix élevé des logements et des problèmes de circulation par rapport à leurs homologues des villes plus petites.

Zhang Jing, agent de fournitures âgée de 25 ans dans une entreprise à capitaux étrangers de Shanghai, a décrit sa vie au China Daily, la disant « inintéressante », car les distractions sont rares.

« Plus d'un tiers de mon salaire va dans mon loyer, et le reste sert à payer les frais de transport et la nourriture. A la fin, mon revenu disponible, c'est presque rien », a t-elle dit.

Melle Zhang dit que la pression à laquelle elle fait face est fréquente chez les jeunes habitant des métropoles comme Beijing et Shanghai, en dépit du fait que cette génération semble profiter d'une « vie relativement plus confortable que celle de leurs parents ».

A une époque où des centaines de millions de Chinois ont été sortis de la pauvreté à la suite de trois décennies de croissance économique rapide, le Gouvernement essaie de changer son fusil d'épaule et de passer de la croissance à l'amélioration de l'équité sociale et à un partage des fruits de la réforme et du développement entre tous les citoyens.

Le Premier Ministre Wen Jiabao a insisté sur ces problèmes « essentiels au bonheur des gens », ce qui comprend aussi assurer l'équité sociale et la justice, quand il a répondu dimanche aux questions posées par des internautes.

M. Wen s'est engagé à améliorer le sentiment de sécurité des gens et leur confiance dans le futur, disant qu'« améliorer les moyens d'existence des gens » était un sujet clé du prochain plan quinquennal du pays.

Zhang Lifan, un célèbre expert en histoire de la Chine moderne, a remarqué qu'il était impératif que le Gouvernement redistribue les fruits du développement économique afin que davantage de gens en profitent, car le fossé des richesses qui s'élargit « détruit la société ».

D'après un rapport de la Banque Mondiale, le coefficient Gini de la Chine s'approche maintenant de 0,5, preuve d'une redistribution inéquitable des revenus susceptible de provoquer des troubles sociaux. Sur l'échelle de Gini, un chiffre de 0,4 est déjà considéré comme un seuil d'alerte, signe de graves inégalités.

Liu Shanying, chercheur en sciences politiques à l'Académie Chinoise des Sciences Politiques, a dit qu'en plus du fossé des richesses entre les riches et les pauvres, certaines personnes ne se sentent pas heureuses parce qu'elles ne se sentent pas respectées.

« Le sentiment d'être respecté, de ne pas éprouver de douleur et d'être intellectuellement engagé, entre autres, tout cela contribue à un sentiment individuel de bonheur », a dit M. Liu.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?