Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 04.03.2011 16h17
Les étrangers sont aussi touchés par la hausse des prix de l'immobilier
Des gens lisent des annonces immobilières à Beijing. Les personnes venant de l'étranger ressentent aussi la pression de la hausse des loyers.

Chez Jason Klug, le système de chauffage est tombé en panne il y a une semaine, mais son propriétaire lui a dit que s'il voulait à nouveau du chauffage, il devrait le réparer lui-même.

« On dirait que beaucoup de choses tombent en panne dans cet appartement », a dit Jason, un étudiant américain âgé de 23 ans.

Il vit dans un appartement de 120 mètres carrés, dans le district de Dongcheng à Beijing, près d'un des symboles de la ville, le Temple du Ciel, là où les empereurs de Chine allaient prier autrefois.

Dans cet appartement ancien en dalles de béton construit dans les années 1950, Jason, qui étudie le chinois à l'Université Tsinghua, partage le loyer mensuel de 5 500 Yuans (837 Dollars US) avec trois autres amis.

« Trouver un bon appartement à Beijing pour un prix raisonnable devient de plus en plus dur », a t-il dit.

Jason n'est pas seul dans ce cas. Avec l'augmentation des prix de l'immobilier, de plus en plus d'étrangers vivant en Chine font face à la pression du loyer.

Des statistiques de la Commission du Développement Urbain-Rural et du Logement de Beijing montrent en effet que le montant moyen du loyer pour la première moitié de février a atteint 2 965 Yuans par mois dans la capitale, en hausse de 13,7% d'une année sur l'autre.

Tout récemment, le Gouvernement Municipal a dévoilé des mesures plus strictes, interdisant aux gens d'acheter un appartement s'ils n'ont pas un hukou de Beijing, ou certificat de résidence, ou ne peuvent prouver avoir acquitté des cotisations de sécurité sociale ou d'impôts dans la capitale pendant cinq années consécutives.

Selon les analystes, cette décision est propre à stimuler le marché de la location dans la capitale chinoise.

Une enquête menée par SouFunHoldings Ltd, un portail immobilier en ligne à Beijing, a d'ailleurs montré que 51,1% des personnes ne remplissant pas les critères d'achat d'un logement dans la capitale se tourneraient vers la location.

Pour Kong Dan, agent immobilier chez 5i5j Real Estate Service, ces mesures, qui ont pour objectif de freiner la spéculation immobilière, vont accroitre la demande et faire monter les prix.

« En 2011, les locations devraient augmenter de 12% à Beijing et elles continueront à augmenter dans les cinq ans qui viennent », a t-il dit.

Des locations en hausse et un marché de vendeurs qui l'est aussi ont mis la pression sur les habitants locaux, mais aussi sur les étrangers, et en particulier les étudiants et les nouveaux employés qui ne disposent pas de revenus élevés.

« Le logement est un vrai dilemme pour les étrangers à présent, car les prix montent et nos revenus sont en chute », a dit Jason Klug.

Il envisage de chercher un travail en Chine, mais il sent que vivre dans les grandes villes de Chine est devenu plus difficile maintenant.

Il estime qu'il devrait gagner 6 000 Yuans par mois pour son premier travail. « Si vous mettez dedans le coût de la vie, il me sera difficile de payer un loyer mensuel de plus de 2 000 Yuans », a t-il dit.

A l'heure actuelle, il paie 1 400 Yuans par mois, mais si le chiffre venait à dépasser 2 000 Yuans, alors il songera à déménager, peut-être pour un appartement de qualité inférieure.

« Ca pourrait être aussi soit moins agréable, soit moins pratique », a t-il dit. « La hausse des loyers nous met moins à l'aise qu'avant ».

Charles Henderson, un professionnel des relations publiques âgé de 23 ans, vit à Guangzhou, dans le centre-ville. Sa première priorité est économiser.

« Si le loyer atteint entre le tiers et la moitié (de mon salaire), et qu'on y ajoute les autres dépenses, les économies que je ferai en travaillant seront minimes », a t-il dit.

Il a dit que si les loyers continuent à augmenter, il partira du centre-ville ou choisira un appartement de deux chambres dont il partagera le loyer avec une autre personne.

Cependant, pour les expatriés ne restant que peu de temps en Chine, la situation est meilleure.

Chen Chonglin, conseiller en locaiton chez Rentnet Real Estate, spécialisé dans le marché des expatriés, dit que les hommes d'affaires étrangers qui viennent en Chine pour un période allant d'un mois à deux ans n'ont aucun problème, car c'est leur entreprise qui paie le loyer.

Mais pour certains étrangers qui ont leur famille ici et qui envisagent de rester pendant quelques années, le renchérissement des loyers peut être un problème.

« Il y a une chose qui fait que vivre à Beijing est cher, c'est le logement », a ainsi dit Bamdad Jabbari, gestionnaire de programmes âgé de 39 ans, qui travaille pour une entreprise de haute technologie.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?