Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 24.03.2011 08h29
Le Wal-Mart de Chongqing refuse tout commentaire sur l'affaire des boissons périmées

Monsieur Tian, un résident de l'arrondissement de Jiangbei à Chongqing, a téléphoné hier au 966988, la ligne rouge du journal Chongqing Wanbao. « J'ai acheté deux bouteilles au supermarché Wal-Mart de mon arrondissement. J'ai découvert qu'elles étaient périmées depuis le 17 mars après être rentré chez moi. Après l'affaire récente des canards salés périmés, Wal-Mart vend des boissons périmées » prévient avec colère monsieur Tian.

À quinze heures, un journaliste de Chongqing Wanbao s'est rendu avec monsieur Tian au Wal-Mart de la rue Yanghe pour mener l'enquête. Au lieu d'interpeler les responsables du supermarché, monsieur Tian est allé directement au rayon des boissons. Il a pris une boisson du nom de Jianjiao, produite le 17 mars 2010, d'une validité de 12 mois. Il a placé tous les exemplaires dans un caddie et les a payés, au total 21 bouteilles.

Pourquoi a-t-il acheté toutes ces boissons périmées ? « Pour que les autres clients ne les achètent pas », explique-t-il, en ajoutant qu'après l'affaire des canards salés périmés du Wal-Mart de Jiulong Guangchang, la société devrait renforcer sa gestion.

Hier après-midi, en poussant son caddie rempli de boissons périmées, monsieur Tian s'est rendu au centre de service après-vente du supermarché.

Wang Zheng, qui s'est présenté comme directeur du rayon alimentaire, est arrivé en apprenant cette nouvelle. Il a regardé toutes les bouteilles et a constaté qu'elles étaient périmées. Puis il a examiné le ticket de caisse de monsieur Tian, et lui a demandé de l'accompagner dans son bureau. À 15 h 30 environ, le directeur général adjoint Liu Liang les a rejoints. Il a demandé à monsieur Tian des informations, notamment s'il était sorti du supermarché, et a assuré qu'il allait mener une enquête. À 15 h 42, monsieur Tian s'est dirigé vers la sortie. À ce moment-là, Liu Liang et Wang Zheng sont sortis de leur bureau. Liu Liang a crié : « Revenez, nous vous donnons une indemnité de dix fois le montant de votre achat ». Ensuite, il a demandé à un employé de lui verser le dédommagement.

Pourquoi y avait-il des boissons périmées dans les rayons ? Aussi soupçonneux que monsieur Tian, le journaliste a demandé à Liu Liang s'il restait des boissons périmées en réserve. Ce dernier n'a rien répondu. Enfin, le journaliste lui a dit : « Peut-être n'êtes-vous pas encore au courant de la situation dans son ensemble. Donnez-moi votre numéro de téléphone et je vous rappellerai ». Liu Liang a refusé sous prétexte qu'« aucun employé de notre supermarché n'accepte d'interview ». Une employée a déclaré au journaliste que selon le règlement, le supermarché devait faire l'inventaire des marchandises. Elle ignorait pourquoi cette fois-ci des erreurs avaient été commises.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le séisme au Japon aura un impact, mais limité, dans le commerce avec la Chine
Wen Jiabao : le nouveau plan quinquennal chinois apporte la confiance au monde
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?
L'accident nucléaire est sans frontière
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?