Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 05.04.2011 14h02
La surcharge de travail et le manque de personnel responsables de morts dans la police chinoise

La surcharge de travail a été identifiée comme étant la principale raison des décès en service survenus dans la police sur le Continent lors des cinq dernières années, d'après le Ministère de la Sécurité Publique.

Depuis 2006, 47% des 2 182 policiers qui sont morts en service sont décédés suite à une surcharge de travail, et ce sont ceux qui travaillent sur la ligne de front du maintien de la loi, comme les policiers affectés à la circulation ou dans les postes de police locaux, qui ont été le plus victimes de morts subites.

« La Loi sur le travail édicte une durée de travail de huit heures par jour, mais les policiers travaillent beaucoup plus longtemps », a dit lundi au China Daily Dai Peng, Doyen du Département d'enquête de l'Université Populaire de la Sécurité Publique de Beijing. « C'est particulièrement vrai pour ceux qui sont en première ligne et qui sont sujets à des périodes de stress prolongé qui ont gravement affecté leur santé physique et psychologique ».

En effet, une enquête menée dans tout le pays en 2005 a montré que les policiers travaillent en général entre 11 et 15 heures par jour et ne disposent que d'un jour de repos après trois jours de travail.

D'après Wang Dawei, Professeur à l'Université, les pays occidentaux ciomptent en moyenne 35 policiers pour 10 000 habitants. La Chine, en revanche, ne compte que 11 policiers pour 10 000 habitants.

« La charge de travail d'un policier chinois est trois fois supérieure à celle d'un policier occidental », a dit le Professeur Wang au Globe Magazine de Beijing. « Il est donc évident qu'ils ne sauraient être plus fatigués ».

Shen Zhandong, un policier de Zhengzhou, capitale de la Province du Henan, est ainsi mort d'une surcharge de travail le jour de son 28e anniversaire, alors qu'il était en service à Urumqi, capitale de la Région Autonome Ouighour du Xinjiang.

A 22h, le 29 janvier 2010, Shen est retourné à son dortoir, après une journée de patrouille. C'est une de ses collègues, qui venait juste de finir une conversation sur l'emploi du temps du lendemain, qui l' a trouvé allongé sur son lit à 23h40, inconscient.

Les premiers secours lui furent bien prodigués, mais en vain. Plus tard, les médecins ont annoncé que sa mort subite était le résultat d'une surcharge de travail.

Le manque de personnel dans la police n'est pas chose nouvelle en Chine. Par exemple la Province du Guangdong qui, selon le Nanfang City News, compte 120 000 policiers pour une population de plus de 100 millions d'habitants.

« Il y a 730 policiers dans notre district, y compris les policiers de la circulation, ceux qui sont chargés de la sécurité publique, ceux qui sont chargés des enquêtes criminelles, et les policiers qui travaillent dans les postes de police », a dit un policier qui travaille dans un poste de police de la province. « Mais nous sommes en charge d'une zone de près de 400 km carrés ».

« Nous avons travaillé jour et nuit lors du second semestre de 2010 pour assurer la sécurité des Jeux Asiatiques. Quand les autres profitent de leurs vacances, nous travaillons jusqu'à pas d'heure dans les postes de police ».

D'après Dai Peng, une des manières d'améliorer la situation serait de mieux répartir les ressources de police et d'éliminer les disparités dans la charge de travail entre les personnels qui restent dans des bureaux, qui ont souvent du temps libre, et ceux qui sont sur le terrain, souvent surchargés de travail.

« Trouver davantage de policiers pour travailler sur le terrain a toujours été une difficulté pour les autorités de sécurité publique », a dit le Doyen Dai. « Dans le même temps, de nouveaux policiers doivent chaque année être pris dans les rangs des forces armées, des écoles de formation de la police et même de la société en général, en accord avec la population, la logistique et les conditions géographiques d'un endroit ».

Mais la surcharge de travail n'est pas la seule cause de décès des policiers, d'après le Ministère de la Sécurité Publique. Nombre d'entre eux sont aussi morts en luttant contre des criminels ou lors d'accidents de la circulation intervenus lors de l'exercice de leur devoir. Ils représentent 36,4% des policiers qui sont morts depuis 2006.

« Le manque d'équipements de protection destinés aux policiers et les nombreuses contraintes (légales) auxquelles ils sont astreints sont cause de nombreuses attaques contre la police », a dit le policier de Guangzhou.

Les experts disent qu'il faut davantage d'équipements de protection dans les régions moins développées.
« Mais plus important encore, les policiers devraient apprendre plus soigneusement les lois régissant ce qu'ils ont le droit de faire lors de leur combat contre les criminels et devenir meilleurs dans l'arrestation des criminels, tout en se protégeant eux-mêmes ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : dix corps retrouvés suite à une explosion dans une mine de charbon dans le nord-ouest
Début de l'élection présidentielle au Kazakhstan
Les pays occidentaux devraient rejeter leur idée de dominer le monde
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie