Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 19.04.2011 14h12
Les nouvelles cérémonies de « mariage » des régions de l'Est de la Chine

Les régions côtières de l'Est de la Chine vont bientôt essayer, quand elles n'ont pas déjà commencé à le faire, une façon innovante de marier les couples, par le biais de cérémonies affichant certaines similarités avec un mariage formel.

Bien que ce système semble montrer certains signes de popularité, il est aussi un peu trop nouveau pour être adopté dans tout le pays dans un futur proche, a toutefois dit la semaine dernière au China Daily un responsable du Ministère des Affaires Sociales.

Ainsi, les couples de la Province du Jiangsu, de la ville de Qingdao, dans la Province du Shandong, et de Shanghai peuvent désormais se rendre dans les services locaux des affaires civiles pour y participer à une cérémonie de mariage, plutôt que de n'y aller que pour recevoir un simple certificat de mariage, a dit Liu Weihua, une responsable de la publicité au Ministère.

« Des essais de ce type de mariage ont été menés depuis un peu moins de quatre mois », a t-elle dit. « Il est encore un peu tôt pour pouvoir dire quand ce système pourra être étendu à tout le pays ».

Les Chinois, et en particulier ceux qui habitent dans les zones rurales, considèrent la cérémonie de mariage comme plus importante que l'enregistrement devant les autorités, a dit Chen Wei, avocat spécialisée dans le mariage, du Cabinet Yingke de Beijing. Ce qui fait que beaucoup d'entre eux négligent les formalités nécessaires pour rendre leur mariage officiel.

Mme Chen dit que les couples devraient être encouragés à s'enregistrer eux-mêmes auprès des services des affaires civiles, car « c'est la seule manière légale de pouvoir profiter des droits légaux du mariage ».

Ses mots ont reçu l'écho d'un responsable du Département des Affaires Civiles de la Province du Jiangsu, qui a souhaité rester anonyme, d'après un article du Yangtze Evening News de Nanjing.

En adoptant ces procédures d'enregistrement qui comprennent une cérémonie de mariage, la province n'essaie pas seulement de persuader les gens d'enregistrer leur mariage, mais aussi d'améliorer leur sens de la responsabilité envers leur famille, a dit ce responsable.

Plutôt que de ne recevoir qu'un simple certificat de mariage, les couples auront désormais l'occasion de prendre part à une cérémonie de mariage officielle et de fêter comme il se doit ce moment si important de leur vie.

Durant cette cérémonie, les couples sur le point de se marier s'avanceront sur un tapis rouge, en vêtements de cérémonie, échangeront leurs serments sous l'emblème national et recevront ensuite leur certificat de mariage, d'après l'article publié la semaine dernière.

La famille et les amis peuvent bien entendu assister à l'évènement.

M. Liu a précisé que ce nouveau service est une option que tout couple est en droit de ne pas choisir.

Quant au coût de la cérémonie, il a dit que les frais seront fixés par les bureaux locaux des affaires civiles.
A Qingdao, le Bureau des Affaires Civiles facture 1 200 Yuans (184 Dollars US) cette cérémonie de quasi-mariage en semaine et 1 400 Yuans le week-end, a rapporté le Mirror Evening News.

Plus de 1 000 couples de la ville ont choisi cette option depuis la fin de 2010, d'après l'article.

Xia Yuting, une habitante de Beijing qui a changé sont statut pour celui de « mariée » le 1er avril dernier, se dit favorable à cette tentative de rendre l'enregistrement du mariage « plus solennel et plus mémorable ».






Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident