Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 26.04.2011 16h09
Beijing a encore trente ans de retard sur New York

Sur sa voie vers un statut de ville mondiale, Beijing en est à la deuxième étape, et pourtant elle a encore trente ans de retard sur des villes comme New York, Londres ou Tokyo, viennent de déclarer des experts de l'Académie des Sciences Sociales de Beijing.

Dans son nouveau livre bleu sur le développement urbain et rural, l'institution a rendu ses conclusions en se basant sur quatre facteurs : l'économie, la culture, la société et le développement de la ville, chacun comprenant 24 indicateurs.

La capitale chinoise a obtenu une note de 34,9 pour cette évaluation, en se basant sur les données fournies par le Bureau des Statistiques de Beijing. Cependant, des villes comme celles qui se situent aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ou au Japon ont obtenu une note moyenne de 66.

« Il y a d'énormes différences ... entre Beijing et des villes comme New York, Londres ou Tokyo », a dit Bai Zhigang, Directeur de l'Institut des Etudes Etrangères de l'Académie et un des co-auteurs du rapport.

« La ville a besoin de s'améliorer, en particulier dans les domaines sociaux et économiques. A Beijing, le niveau de sécurité sociale est bas et le fossé des richesses s'élargit », a t-il dit. La différence dans les salaires moyens est passée de 26 818 Yuans en 2006 à 39 087 en 2009, selon le Livre Bleu.

Comparant les statistiques disponibles pour Beijing avec celles de New York, les chercheurs ont découvert que bien que les revenus moyens annuel par foyer à Beijing étaient de 9 099 Dollars US en 2009, ils étaient déjà de 25 000 Dollars US à New York en 2000. La capitale chinoise ne compte que 25 bibliothèques publiques soit à peine le dixième de ce que possède la Grosse Pomme.

Beijing devrait entrer dans la troisième étape de son développement et devenir une ville mondiale majeure en 2050, a ajouté le Livre Bleu. La première étape s'est déroulée du début de la réforme et de l'ouverture de 1978 jusqu'aux Jeux Olympiques de Beijing en 2008, et la deuxième étape devrait durer quarante ans.

Cependant, pour être une ville mondiale, M. Bai a dit que la capitale devait améliorer la qualité de son air, accroitre le nombre de ses bibliothèques, améliorer la qualité de la vie et renforcer l'innovation indépendante.








Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Et aussi maintenir cet atout qui donne au voyageur le sentiment de se sentir plus en sécur...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wu Bangguo appelle à renforcer les relations avec le parlement français
La Chine va intensifier ses efforts pour réduire la pauvreté dans les régions rurales
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?
Coopération médiatique Chine-Afrique : une force commune pour la vérité (REPORTAGE SPECIAL)
Qui la Chine menace-t-elle ?
La duplicité et les droits de l'homme ne vont pas bien ensemble
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde