Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 06.05.2011 13h40
Beijing n'est pas encore devenue une ville internationale

Avec un nombre d'étrangers ne représentant qu'à peine 0,46% de sa population, la capitale chinoise est loin de pouvoir être qualifiée de ville internationale, d'après un expert de renom.

« Pas plus Beijing que Shanghai ne sont en droit de se dire villes internationales tant que les expatriés n'atteindront pas au moins 10% de leur population », a dit Ren Yuan, Professeur à l'ecole de Développement Social et de Politique Publique à l'Université Fudan.

Il a rappelé que les étrangers représentent 30% de la population de Londres et 15,6% de celle de New York.

Jeudi, le Bureau Municipal des Statistiques de Beijing a annoncé que 91 128 expatriés vivaient dans la ville à la date du 11 novembre 2011, alors que la population totale de Beijing était de 19,61 millions d'habitants, citant les chiffres du dernier recensement de la population conduit l'année dernière.

En plus des problèmes d'emplois et de salaires, la politique en matière d'immigration est également un facteur majeur.

Martin Derbyshire, qui vient du Royaume-Uni, est professeur d'art dans une école internationale de Beijing. Cet homme âgé de 42 ans, qui vit en Chine depuis seize ans, dit espérer que le recensement sera le signe d'un degré d'ouverture plus grand envers les étrangers.

« Ce serait formidable si la prise en compte des étrangers se révélait être une indication que des mesures vont être prises pour rendre le processus pour devenir résident permanent en Chine plus simple et plus facile ».

« La politique en matière d'immigration doit être améliorée », a dit Duan Chengrong, un professeur en démographie à l'Ecole de Sociologie et de la Population à l'Université Renmin de Chine.

« Nous devons nous ouvrir davantage aux étrangers, car certaines communautés étrangères sont désormais établies à Beijing, et cela apporte une identité multiculturelle à la ville », a t-il dit.

Près de 80% des expatriés de Beijing, d'après le recensement, vivent dans les Districts de Chaoyang et Haidian, où se situent des quartiers d'expatriés bien connus, comme Wangjing ou Wudaokou.

De nombreux expatriés travaillent dans des sociétés étrangères du District de Chaoyang ou étudient dans les universités de Haidian, a dit le Professeur Duan.

Le recensement a montré que 39,5% des expatriés sont venus à Beijing pour étudier, pour beaucoup d'entre eux dans les universités de Haidian.

« Beijing possède les meilleures universités de Chine », a dit Michael Chung, un jeune Canadien.

Ce nouveau venu à la Beijing University dit qu'il est venu à Beijing il y a deux ans pour apprendre le chinois.

« J'espère pouvoir rester à Beijing après l'obtention de mon diplôme. Il y a plus d'opportunités », a t-il dit.







Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Tibet célèbre le 60e anniversaire de sa libération pacifique
Le Tibet lance sa première autoroute
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux