Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 16.05.2011 13h36
Un iPad ? Merci, très peu pour moi...

Une floppée de gens se sont préparés il y a quelques jours à faire la queue toute la nuit, et tout ça pourquoi ? Juste pour être pour être parmi les premiers à pouvoir caresser les courbes diaboliques d'un iPad 2. Mais pourquoi tout ce tintouin ? Après tout, ce n'est jamais qu'un ordinateur, on est bien d'accord ?

Franchement, est-ce qu'une version modernisée d'un processeur sur-médiatisé vaut vraiment la peine de camper toute la nuit, juste pour prouver que vous êtes un disciple fidèle de l'iMessie ?

Comprenez-moi bien. Moi aussi, j'ai été touché, brièvement, par cette mince tablette de rêve, avant de la rendre dûment à son légitime propriétaire, et je reconnais les charmes de ce joujou lisse et tout en courbes. Mais bon, les gars... ce n'est tout de même pas comme si le tout dernier des grains de riz de notre terre allait être mis en vente !

De toute façon, moi, je n'ai pas vraiment de problèmes avec les consommateurs. Non. Je laisse cet honneur relatif à Apple et à son marketing proprement pontifical qui corrompt toute une génération de gens intelligents et les fait se sentir hors-jeu s'ils n'ont pas le dernier gadget qu'il faut absolument avoir.

Bien avant que la date de son arrivée ici soit annoncée, l'iPad 2 était déjà disponible pour les consommateurs des Etats-Unis et d'Europe, qui pouvaient en acheter deux chacun. Et tandis que les consommateurs chinois attendaient avec impatience la date de son arrivée, tout ce qu'ils pouvaient faire en attendant, c'était de le regarder en ligne, des nouvelles filtrant des pays occidentaux.

Apple a plus de 320 boutiques dans le monde entier, mais seulement quatre en Chine. Pourtant, le pays le plus peuplé du monde représente les plus fortes activités et les plus forts revenus des magasins de l'entreprise dans le monde. A tel point que la société californienne envisage d'ouvrir 25 nouvelles boutiques en Chine en 2012.

Et je pense que vous savez aussi comme moi que la plupart de ces gadgets tape-à-l'oeil vénérés sur l'autel de la mode sont assemblés par des petites mains chinoises laborieuses. Alors pourquoi sommes-nous en fin de liste alors ? Ne devrions-nous pas être parmi les premiers à en bénéficier ? Ou alors peut-être que ce n'est pas assez « cool » pour Apple de lancer un produit dans le pays même où il est fabriqué ?

Et même quand les produits arrivent en effet finalement dans les boutiques chinoises, les stocks sont si faibles que cela crée de suite une illusion de rupture de stock immédiate, mettant en branle la tempête marketing parfaite. L'attente, l'anxiété, la peur, les queues et tout le tralala, tout ça en remet une couche dans l'hystérie.

Les seules personnes qui tirent profit de cette folie sont les revendeurs au noir qui sont disposés à attendre, et parfois même à franchir la ligne dans tous les sens du terme, pour en tirer des bénéfices.

Apple a un sérieux besoin de repenser sa stratégie de marketing en Chine si elle veut éviter la scène violente qui a conduit quatre personnes à l'hôpital la semaine dernière. Comme de nombreuses autres entreprises, elle a appris à ses dépens que ce qui fonctionne en Occident ne fonctionne pas nécessairement ici.

Le produit de la société à la pomme est peut-être ce qu'on a fait de mieux depuis l'invention du pain en tranches, mais pour ma part, il m'a laissé un goût amer dans la bouche.

L'auteur, Lee Hannon, est rédacteur pour le site internet du China Daily.





Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les eaux chinoises sont globalement saines (rapport gouvernemental)
La réforme du système financier et le réajustement des intérêts de la division internationale du travail
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme