Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 30.05.2011 08h59
Les personnes souffrant du VIH/SIDA sont rejetées par les hôpitaux

Selon une étude publiée le 17 mai par l'Organisation internationale du travail (OIT) de l'ONU, en Chine, les personnes porteuses du VIH et atteintes du sida se voient régulièrement refuser l'accès aux soins dans les hôpitaux conventionnels. Elles sont ainsi confrontées à une discrimination médicale largement répandue et alimentée par la peur et l'ignorance qui entourent cette maladie.

Le personnel soignant refuse de soigner les patients ou les transfère dans des hôpitaux spécialisés dans les maladies infectieuses, citant à tort la protection des autres patients ou prétextant un manque de ressources, précise le rapport.

« La stigmatisation et la discrimination présentes dans le système de santé, principalement dues à une faible sensibilisation, sont potentiellement plus mortelles que le sida lui-même », alerte Ann Herbert, directrice du Bureau de l'OIT pour la Chine et la Mongolie.

L'étude, menée par l'OIT et le Centre national chinois pour la prévention et le contrôle du sida et des MST, s'appuie sur des entretiens menés auprès de 103 personnes porteuses du VIH et de 23 infirmiers de cinq provinces.

Selon Meng Lin, coordinateur du secrétariat de l'Alliance chinoise des personnes porteuses du VIH/SIDA, le refus d'opérer les personnes porteuses du VIH est l'un des problèmes les plus urgents à régler.

Ils se sont également vus refuser des soins médicaux liés à des actes plus simples comme soigner des hémorroïdes ou nettoyer et recoudre des plaies.

Les hôpitaux sont parfois tentés de dissimuler la vraie raison de leur refus ou ont effectivement accepté des patients atteints du VIH dans l'espoir que la médiatisation qui en découlerait leur permettrait de redorer leur image et de facturer abusivement les frais médicaux, ajoute-t-il.

« L'existence d'hôpitaux spécialisés dans les maladies infectieuses devient une excuse bien pratique que les hôpitaux conventionnels utilisent pour refuser les malades », affirme-t-il.

Meng Lin souligne également qu'un dépistage « inutile » du VIH avant une opération embarrassait de nombreux malades et réduisait leurs chances d'accès à des services médicaux appropriés.

Selon une étude menée par Lu Fan, directeur des politiques de recherche et d'information au Centre national du sida, l'organisation ayant collaboré au rapport de l'OIT, 12,1 % des personnes interrogées infectées par le VIH se sont vues refuser l'accès aux soins au moins une fois.


[1] [2]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)