Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 01.06.2011 14h00
Beijing va étendre les restrictions de circulation aux périodes de congés

Les restrictions mises en place par la ville de Beijing en fonction des numéros de plaque d'immatriculation vont être étendues, et concerneront aussi dorénavant les périodes de mauvaises conditions météo, d'évènements majeurs et de fêtes, d'après un plan de travail municipal publié mardi.

A l'heure actuelle, en fonction du jour de la semaine, les voitures dont la plaque se termine par un certain chiffre sont interdites de circulation un jour par semaine, une mesure de lutte contre les embouteillages qui fut d'abord mise en place lors des Jeux Olympiques de Beijing en 2008.

« Près de la moitié des voitures avaient disparu des routes pendant les Jeux », a dit Dou Keying, un chauffeur de taxi expérimenté. « Cependant, je trouve que c'était injuste envers les propriétaires de voitures privées. Pourquoi le Gouvernement leur permet-il d'acheter une voiture, puis leur interdit de la conduire ? ».

Le Professeur Zhang Zhuting, membre d'un comité de conseils juridiques dépendant du Ministère des Transports, concède que cette politique interfère avec l'intérêt public, ajoutant qu'elle n'aura d'effets bénéfiques que quand la ville aura enfin construit un système de transports en commun pouvant accueillir davantage de personnes.

Liu Subin, un ingénieur en informatique qui travaille dans le quartier central des affaires, dit que cette interdiction alternée est déjà sévère.

Pour se rendre à son travail, il doit prendre un bus, puis ensuite le métro, où il doit encore changer de ligne. Ce voyage lui prend plus d'une heure, mais en bus, il lui en faut deux. En voiture, quarante minutes suffisent.

« Nombre de mes collègues ont le même problème », dit le Professeur Zhang. « C'est une telle perte de temps de se déplacer en bus ou en métro. Ce n'est pas que nous n'apprécions pas les transports en commun, en particulier quand on sait que les frais de stationnement dans le quartier central des affaires atteignent environ 20 Yuans par jour, alors que les transports en commun ne coûtent que 5 Yuans ».

« Si les métros et les bus étaient moins bondés et plus confortables, et si c'était plus facile de changer entre les lignes, nous serions ravis de prendre les transports en commun ».

Afin de favoriser un meilleur système de transports en commun, le Professeur Zhang suggère que le Gouvernement municipal demande aux citoyens de réduire leurs sorties qui ne sont pas nécessaires. Par exemple, dit-il, pour les courtes distances, les gens n'ont pas besoin de prendre leur voiture.

Les sociétés de taxis devraient aussi recourir aux réservations par téléphone, afin que les taxis vides n'aient pas à errer à la recherche de clients. « Cela dit, améliorer la situation de la circulation d'une ville dépend aussi de l'auto-discipline et du bon comportement de ses citoyens sur les routes », a t-il ajouté.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Roland-Garros 2011 : Li Na qualifiée pour les quarts de finale entre dans l'histoire du tennis chinois
Chine : près de 35 millions de personnes affectées par la sécheresse sur les cours moyen et inférieur du fleuve Yangtsé
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange
Plutôt créer un autre FMI que de se disputer le poste de directeur général de l'actuel FMI
De la sur-dépendance envers le Dollar