Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 20.06.2011 17h31
Beijing va imposer des limites pour les hukou des nouveaux diplômés

Dans le but d'alléger la pression en termes de population sur la ville, Beijing va mettre en oeuvre cette année des restrictions plus sévères pour le hukou, ou permis de résidence permanente, pour les diplômés d'université, vient d'annoncer un haut responsable.

Après l'obtention du diplôme, le hukou des étudiants d'université reprendra le nom de l'endroit d'où ils venaient, à moins que lesdits étudiants ne reçoivent un permis d'habitation de la part du Gouvernement local.

Il avait été dit en mai dernier que seuls 6 000 diplômés non natifs de Beijing obtiendraient un hukou cette année, alors qu'ils avaient été 18 000 en 2010. Cependant, la décision finale ne sera pas rendue publique avent la fin de ce mois.

« La politique de quotas limités donnera la priorité aux diplômés d'élite de certaines spécialités », a dit Zhang Zude, Vice-directeur du Bureau Municipal des Ressources Humaines et de la Sécurité Sociale de Beijing, lors d'une conférence de travail qui s'est tenue mercredi dernier.

La ville a besoin d'ajuster son « mode de culture des talents » durant le processus de contrôle de la population et de changement de mode de développement, d'après Ding Xiangyang, Vice-maire de Beijing.
Par exemple, il y a trop de diplômés en littérature et en histoire, tandis qu'il n'y a pas assez de diplômés en sciences, a t-il précisé.

Beijing souhaite aussi attirer les étudiants d'élite dans les secteurs du commerce, du tourisme et de la logistique, a t-il ajouté.

Quelque 229 000 étudiants seront diplômés dans la capitale cette année, dont seuls 98 000 sont natifs de Beijing, soit 1 000 de moins que l'année dernière.

D'après le bureau, Beijing va lancer cette année une série de mesures destinées à augmenter les opportunités d'emploi en faveur des diplômés d'université, dont l'une consistera à encourager les diplômés à songer à fonder leur propre société. Ainsi, les diplômés qui chercheront à se lancer dans cette voie pourront demander des prêts, et profiter de politiques favorables du Gouvernement, comme des subventions ou des remises de taxes.

La capitale continue aussi à stimuler l'emploi en encourageant les diplômés d'université à devenir responsables de village et à travailler dans les écoles rurales, les centres de santé ruraux et les centres de service sanitaire de communauté, a dit le bureau.

« Nous lancerons une campagne pour lutter contre les agences d'emploi illégales et la discrimination à l'emploi », a dit M. Zhang.

Dans le même temps, les diplômés d'université pourront bientôt avoir la chance de pouvoir faire modifier leur hukou pour un hukou de l'endroit où ils travailleront, quel qu'il soit, à l'exception des municipalités de Beijing, Shanghai, Tianjin and Chongqing, d'après un communiqué récent du Conseil des Affaires de l'Etat.

Un total de 6,6 millions d'étudiants seront diplômés des universités du pays cette année, soit 300 000 de plus que l'année dernière. Les résultats d'une enquête publiée un peu plus tôt ce mois ont montré que davantage de diplômés d'université trouvaient du travail, le taux d'emploi étant revenu au niveau d'avant-crise, et les salaires ayant connu une hausse significative.

Le taux d'emploi des diplômés d'université a augmenté ces deux dernières années, passant à 89,6% en 2010, soit 2% de plus qu'en 2007, d'après une enquête conduite par la société de recherche sur l'éducation MyCOS Institute.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Tibet célèbre le 60e anniversaire de sa libération pacifique
Le Tibet lance sa première autoroute
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux