Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 18.07.2011 16h36
Plus de 60 voitures pour 100 familles, les embouteillages de Beijing restent un grand problème

L'Académie chinoise des Sciences Sociales a publié un «Livre Bleu 2011, la construction sociale", qui indique que selon ses estimations, pour 100 familles pékinoises il y aurait plus de 60 voitures. La motorisation de la capitale chinoise est beaucoup plus haute que celle de Shanghai.

Le Livre Bleu a souligné que la possession de biens durables par les habitants de Beijing est plus basse que celle de Shanghai. Les Pékinois disposent de moins de télévisions, de caméras, d'ordinateurs personnels, de téléphones portables et de climatiseurs, mais le taux de propriété de voitures est beaucoup plus élevé qu'à Shanghai, et la croissance est plus rapide. En 2009, pour cent familles urbaines de Beijing il y avait 29,6 voitures, tandis que pour 100 familles de Shanghai il n'y en avait que 14.

Durant le "Onzième Plan quinquennal», Beijing est entré rapidement dans une société de l'automobile. En 2001, la ville comptait seulement 321 000 voitures. Avec l'adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du Commerce et le PIB par habitant pékinois qui a dépassé 3 000 dollars, les voitures privées connaissent une augmentation évidente. A partir de 2009, la consommation automobile de Beijing a connu une éruption, les ventes d'automobiles ayant atteint plus d'un million. Puis à la fin de 2010, Pékin a compté près de 5 millions de véhicules. Comparaison avec Shanghai qui, à la fin de l'année 2009, n'avait que 2,68 millions de voitures. Et en une année ce chiffre a augmenté de 6%, soit une croissance de 100 000. Aujourd'hui, Shanghai a environ 2,7 millions d'automobiles au total.

Le Livre Bleu a estimé que la possession de voitures par chaque centaine de famille devrait être de 60 unités ou plus, et ce chiffre est beaucoup plus élevé que les statistiques d'échantillonnage. La lente augmentation du nombre de véhicules à Shanghai est due à sa politique de vente aux enchères des plaques d'immatriculation. Cette croissance très rapide suscite une pression énorme sur le trafic urbain, des embouteillages et des problèmes de stationnement, qui sont devenus de grands enjeux de la gestion urbaine de Beijing.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Tibet célèbre le 60e anniversaire de sa libération pacifique
Le Tibet lance sa première autoroute
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux