Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 24.08.2011 16h30
Difficile à prendre un taxi lors des heures de pointe, les taxis à Beijing sont-ils insuffisants?
Des passagers font la queue. Ils doivent attendre une demi-heure pour pouvoir prendre le taxi, photo prise le 23 août près d'un centre commercial à Beijing.

« Insuffisant, absolument insuffisant, prendre un taxi, oui, c'est très difficile », selon Mme Zhao Liang.

Zhao Liang n'a pas d'autre choix que de prendre le taxi pour aller au travail. Bien qu'elle n'habite pas loin de son entreprise, il n'y a pas de bus direct entre les deux points, si elle prend le métro, elle doit changer à trois reprises, et ça lui demande au moins une heure. Pour elle, c'est trop long.

« Une dizaine de yuans de frais de taxi n'est pas un problème pour moi, mais le problème est que je ne peux pas trouver de taxi. Si je suis en retard, je n'ai pas d'autre choix que de dépenser plus de 30 yuans pour prendre un taxi clandestin », a t-elle affirmé.

Difficile à prendre le taxi lors des heures de pointe à Beijing, ce n'est pas seulment le problème de Mme Zhao, on peut souvent entendre les plaintes d'autres personnes sur cet inconvénient.

Chauffeurs de taxi : on peut changer cette situation

«Cette année, les gens qui prennent le taxi sont plus nombreux », selon un chauffeur de taxi nommé M. Bai. Selon lui, les règles limitant l'achat de voitures n'a pas beaucoup affecté le nombre des passagers, mais depuis le 1er août, quand les frais de stationnement ont beaucoup augmenté, les affaires de M. Bai vont mieux.

Difficile de prendre un taxi, cela existe dans certaines occasions excéptionnelles, telle que les mauvaises conditions de temps. «Je ne travaille pas quand il neige. La route est glissante, et les accidents arrivent facilement. Le jeu n'en vaut pas la chandelle ».

D'autre part, certains chaffeurs se reposent aux heures de pointe. "Les embouteillages sont sérieux. Les subventions sont presque négligeables.', a dit M. Hao, chauffeur de la société de taxi Sanyuan. Il ne conduit pas de 17h a 19h, parce que "Le prix du carburant et la commission prélevée par la société sont très élevés.", a t-il ajouté.

Et d'après des chauffeurs, si l'on peut mobiliser l'enthousiasme des chauffeurs et exploiter pleinement le potentiel, les taxis ne sont pas très difficiles à prendre.

Selon des statistiques publiés en 2010, à la fin de 2008, les taxis de Beijing étaient 66 646, et ce chiffre n'a pas augmenté depuis 3 ans.

«La Planification et les Normes du trafic urbain» prévoient que dans les grandes villes, le nombre de taxis pour mille personnes doit être de plus de 2. Selon le 6e recensement national en 2010, la population résidente à Beijing a atteint 19,612 millions de personnes, et les taxis demandés ne sont que de 39 224 d'unités.

La population résidente de Shanghai est de 23,019 millions de personnes en 2010, et le nombre de taxis est de 50 000, soit 2,2 unités pour mille personnes. Alors qu'à Tokyo, il y a 3,3 taxis pour mille habitants, et 2,7 à Londres, 2,6 taxis par mille personnes à Hong Kong, tous ces chiffres sont inférieurs à Beijing. 

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine appelle toutes les parties en Syrie à "la plus grande retenue"
Les microblogs sont la voix du peuple
Beijing ne devrait pas être classée au huitième rang des villes chinoises
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes