Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 09.11.2011 14h21
Pour les Chinois riches, l'herbe est plus verte ailleurs

Le 20 octobre dernier, le Wall Street Journal a rapporté que deux sénateurs américains préparaient un texte de loi proposant de donnant un titre de séjour aux étrangers qui dépenseraient au moins 500 000 Dollars US dans l'achat d'un bien immobilier aux Etats-Unis. Cet article a attiré une grande attention en Chine, et ces deux dernières semaines, les agences immobilières américaines ont reçu de nombreux appels téléphoniques de personnes habitant en Chine leur demandant comment acheter une résidence pour obtenir la fameuse carte verte.

L'émigration aux Etats-Unis est une tendance en hausse en Chine ces dernières années. En juin 2010, le Centre de Prêts pour le Développement de l'Emploi américain a présenté son nouveau programme d'immigration pour investissement à Beijing, qui permet aux demandeurs chinois qui investissent 500 000 Dollars US dans des petites et moyennes entreprises d'obtenir une carte verte en à peu près trois ans. Depuis lors, nombreux sont les citoyens chinois qui se sont précipités sur ce programme, ce qui est une bonne nouvelle pour les Etats-Unis, car cela peut permettre de stimuler leur économie avec des investissements provenant des économies de marché émergentes.

Mais en Chine, on s'inquiète de cet exode d'argent et de talents, et le pays fait face à un grand défi, arriver à garder sur son sol ses créateurs de richesse et leur argent.

Pour de nombreux pays développés qui font face à un vieillissement de leur population, des investissements qui partent et une demande intérieure faiblissante, c'est déjà devenu monnaie courante d'attirer les investisseurs avec des politiques favorables. Et ces politiques ont attiré une nouvelle vague d'immigrants venus de Chine, cette fois essentiellement des investisseurs et des professionnels. Une enquête récente a d'ailleurs montré que plus de 60% des Chinois riches souhaitaient émigrer. Les Etats-Unis, le Canada et Singapour sont leurs destinations favorites, du fait de leurs procédures simples et de leurs limites d'investissement basses.

D'après des données américaines, lors de l'année fiscale 2009, les immigrants ivestisseurs qui ont obtenu une carte verte en investissant 500 000 Dollars US ont été trois fois plus nombreux que l'année précédente, et ceux venant de Chine représentaient 50% d'entre eux. Et pour l'année fiscale 2010, plus de 70 000 Chinois ont obtenu une carte verte américaine, en deuxième position derrière les Mexicains.

Le « Rapport sur la richesse privée en Chine 2011 », publié conjointement par la China Merchants Bank et Bain & Company, fait état d'une augmentation de 73% du nombre des émigrants investisseurs durant les cinq dernières années, dont 27% ont déjà émigré à l'étranger et 47% songent à le faire, ce qui veut dire que leur nombre augmente encore.

Les migrations transfrontières sont une chose normale à notre époque de mondialisation, mais un flux à sens unique aussi vaste veut dire une perte conséquente de ressources humaines, financières et de consommation pour la Chine. Le « Rapport sur la politique et la sécurité dans le monde en 2007 », publié par l'Académie Chinoise des Sciences Sociales, a ainsi révélé que la Chine, en tant que plus grande source de migrants, est le pays qui a perdu le plus grand nombre de professionnels de talent. Si cette tendance se poursuit, non seulement cela portera atteinte à l'économie chinoise sur le long terme, mais cela empêchera aussi la Chine de bâtir une société en « forme d'olive » avec une forte classe moyenne, car une grande proportion des émigrants sont des professionnels de la classe moyenne.

Sans doute, le coût de la vie qui monte en flèche, l'environnement qui se détériore, un mauvais système de sécurité sociale et un fardeau fiscal toujours plus lourd sont en partie responsables de cette perte. Comparée aux pays occidentaux où les dépenses pour le bien-être social représente entre un tiers et la moitié de leur budget total, ou de 20 à 30% de leur PIB, la Chine ne dépense que 7,6% de son budget gouvernmental pour la sécurité sociale, 2,7% pour les soins de santé et 4,5% pour l'éducation. Il est naturel que les gens souhaitent choisir un endroit où ils pensent qu'ils jouiront de la meilleure qualité de vie.

De meilleures perspectives dans les pays développés sont une autre source d'attraction pour les immigrants investisseurs chinois. Après la crise mondiale de 2008, de nombreux pays, dont les Etats-Unis, ont proposé des prêts à taux d'intérêt faibles, voire nuls, et offert des formations et d'autres services liés aux investisseurs étrangers. Par contraste, la Chine est restée très en retard dans ces domaines.

Pour pouvoir conserver ses richesses matérielles et ses ressources humaines, la Chine devrait mettre en oeuvre des mesures stratégiques destinées à encourager la libre circulation des ressources économiques, briser les monopoles et alléger le fardeau fiscal qui pèse sur les producteurs et les consommateurs, afin de favoriser une concurrence loyale et une gestion efficace du marché.

Ce n'est seulement qu'en rendant le pays plus attractif pour ses talents que la Chine pourra les garder chez elle et empêcher que leur fortune ne parte ailleurs.

L'auteur est chercheur en économie au Centre d'Information de l'Etat.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le président chinois participera à un sommet de l'APEC
Nouvelles principales du 8 novembre
Réduit à la dernière extrémité, la clique du dalai lama incite à la « suicide par le feu »
La croissance stable de l'économie chinoise constitue un événement de portée mondiale
Qu'est ce que les études à l'étranger apportent à la Chine ?