Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 09.12.2011 16h13
Les travailleurs migrants préfèrent définitivement la ville à la campagne
Photo : Un travailleur migrant travaillant comme nettoyeur se tient debout au bord d'un immeuble de grande hauteur à Shanghai, dans la Nouvelle Zone de Pudong, le 21 août. Une enquête récente a montré que seul un très petit nombre de jeunes travailleurs migrants ont envie de retourner chez eux pour mener une vie de campagne.

La vie au village a décidément perdu bien des charmes auprès de la majorité des jeunes travailleurs migrants, d'après une enquête récente.

En effet, seuls 4% environ de la nouvelle génération de travailleurs migrants, ceux qui sont nés dans les années 1980 ou au début des années 1990, se disent prêts à accepter un travail dans l'agriculture, d'après cette enquête révélée jeudi.

Cette enquête, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs migrants âgés de 20 à 31 ans à travers le pays, a été menée par la Société Chinoise de Recherche sur la Culture de Famille, un institut affilié à la Fédération des Femmes de Toute la Chine.

En contraste, près de 38% de ces personnes ont cité « créer ma propre entreprise » comme travail idéal, et quelque 20% ont choisi « personnel administratif » ou « technicien ».

S'installer en ville est également le premier choix pour plus de la moitié de ceux qui ont été interrogés. Fait notable, davantage de femmes sont désireuses de venir en ville -60% des travailleuses migrantes disent souhaiter rester en zone urbaine, soit 5% de plus que leurs homologues masculins.

Et seul un travailleur sur huit dit envisager de retourner dans son village d'origine.

Ainsi de Xiao Li, serveuse de restaurant à Beijing, qui dit « Je veux m'installer à Beijing, car ici, il y a de nombreuses opportunités pour tout le monde ».

Cette jeune fille âgée de 23 ans, qui vient d'une famille rurale pauvre de la Province du Jiangsu, dans l'Est de la Chine, a commencé à travailler après l'obtention de son diplôme au lycée, afin d'aider ses deux frère et soeur à continuer leur scolarité.

Les villes de Chine ont attiré quelque 230 millions de travailleurs migrants, dont près de 85 millions appartiennent à la génération née après 1980, d'après des chiffres publiés par le Bureau National des Statistiques en 2009.

« Comparés avec l'ancienne génération, les jeunes travailleurs migrants ressentent moins d'affection pour la campagne et les terres agricoles », dit Hong Tianhui, Vice-présidente de la Fédération des Femmes de Toute la Chine.

« Travailler et vivre dans des installations urbaines est leur nouveau rêve ».

L'enquête montre aussi que ces jeunes travailleurs migrants changent fréquemment de travail et partent dans une nouvelle ville dès qu'ils ne sont plus satisfaits de leur situation.

[1] [2]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine et l'Islande se félicitent pour 40 ans de bonnes relations diplomatiques
Nouvelles principales du 9 décembre
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis
Au sujet de l'immolation par le feu de plusieurs jeunes moines des régions tibétaines du Sichuan