Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 13.02.2012 08h16
Les jeunes travailleurs migrants espèrent s'installer définitivement en ville

Différents de leurs parents, qui après avoir travaillé dans les villes repartaient dans leur villages avec leurs économies, la nouvelle génération de travailleurs migrants préfère souvent s'installer dans les centres animés où ils travaillent.

Zhao Bin, un travailleur migrant du comté de Pingyin dans la province de l'est de la Chine du Shandong, est reparti à Qingdao, une ville côtière où lui et son épouse ont travaillé pendant neuf ans, peu après la fête du Printemps ou de la Nouvelle Année lunaire chinoise qui a pris fin le 28 janvier dernier.

"J'ai l'intention de m'installer dans cette ville, je reviens donc au travail pour pouvoir gagner plus d'argent car nous espérons un jour y acheter une maison", a déclaré l'ancien agriculteur, âgé de 30 ans, devenu ouvrier.

Zhao et sa femme travaillent tous les deux comme tailleurs dans une usine textile, Jifa Group, où ils peuvent gagner près de 7 000 yuans (1 100 dollars) par mois.

Leur entreprise leur offre également une chambre. Et contrairement à la génération de leurs parents, ils peuvent se permettre d'amener leur enfant à la ville pour lui donner une éducation.

"Nous avions l'habitude de quitter notre travail à la fin de l'année et d'en trouver un nouveau après la Fête du Printemps. Mais aujourd'hui, nous avons plutôt le sentiment de faire partie des employés à long terme de l'entreprise", a dit Zhao.

La diminution de la force ouvrière chinoise, en partie liée à la politique de l'enfant unique, a poussé les entreprises à augmenter les salaires et à offrir de meilleures conditions de travail aux travailleurs migrants.

Selon les estimations, les travailleurs migrants nés après 1980 représentent 58,4 % des 145 millions de travailleurs.

D'après un sondage publié en décembre dernier par l'Institut de la recherche sur la culture familiale chinoise (CFCRI), parmi les jeunes travailleurs migrants, seulement 4 % prévoient de retourner dans leur ville natale et d'y travailler comme agriculteurs.


[1] [2]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 12 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?