Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 16.03.2012 16h08
Une erreur de Carrefour dévoilée : vente de denrées alimentaires dont le délai de conservation est dépassé

Lors de la soirée annuelle de la journée internationale des droits de consommateurs qui tombe le 15 mars, il a été révélé que pour pouvoir réaliser de plus gros profits, le géant de la grande distribution Carrefour s'adonne parfois à des pratiques indélicates et malhonnêtes : remplacement de la poule élevée dans la basse-cour par le chapon ou la poularde qui coûtent moins chers ; vente aux consommateurs de gésiers de poule remballés avec date de production falsifiée, …… etc.

Il est dévoilé à la soirée que dans l'Hypermarché Carrefour Guomao 360 de Zhengzhou, la poule coûte 11,98 yuans contre seulement 6,98 yuans pour la poularde. Excepté cet écart de prix qui est à peu près le double il n'y a pas grande différence quant à leur aspect extérieur, ce qui est facile pour tromper et mystifier les acheteurs.

On apprend que la poule est en général élevée dans la basse-cour familiale, tandis que la poularde, élevée dans un centre d'élevage, subi en engraissement intensif qui fait que sa viande et son contenu nutritif sont moins bons par rapport à la poule élevée dans la basse-cour.

Il est révélé à la soirée que dans l'hypermarché en question la poularde est vendus au même titre que la poule, alors que le chapon qui est châtré et également engraissé ne fait plus de différence avec cette dernière et est vendu comme elle, ce qui fait que son prix double. Normalement, la poule se vend très bien et lorsqu'il n'y en a plus, le vendeur (ou bien la vendeuse) la remplace par la poularde ou le chapon, tandis que les consommateurs ne s'aperçoivent pas de cette supercherie.

Il a été dévoilé également le remballage de gésiers de poule, dont la date de conservation est dépassée, avec une date falsifiée et revendus aux consommateurs.

Et voici ci-dessous le compte-rendu de ce qui s'est passé réellement :

Dans l'Hypermarché Carrefour Guomao 360 de Zhengzhou, lequel connaît tous les jours un afflux de clients qui y viennent faire leurs achats.

Vers trois heures de l'après-midi, il n'y a pas encore tellement d'acheteurs et on remarque un vendeur qui profite de cet instant de répit pour regarnir les rayons. A cet instant-là il se passe quelque chose d'incroyable. Sur le paquet ramené il est marqué « chapon » et son contenu est mélangé dans le rayon à la poule et à la poularde et ces trois articles dont les prix sont différents sont ainsi complètement mêlés et confondus. Ainsi, suite à la manipulation et à la disposition artificielles, la poularde et le chapon sont vendus au même prix que la poule, alors que les clients préfèrent cette dernière qui est élevée normalement dans la basse-cour, tandis que les deux autres subissent un engraissement intensif dans des centres d'élevage. A chaque fois que l'insuffisance de la poule se fait sentir, on la remplace furtivement par la poularde ou le chapon et le perdant dans tout cela c'est le consommateur qui ne s'aperçoit de rien. Dans la zone de vente de produits crus et frais, pour ce qui est de la viande, chacun de ses articles porte une étiquette sur laquelle est marqué la date de son emballage ainsi que le délai de sa consommation. Pour rassurer le client, le vendeur s'engage et promet solennellement. Vers sept heures du soir, notre correspondant achète une boîte contenant des gésiers de poule. Puis, il rentre chez lui pour faire des marques et des indices sur certains des gésiers. Ensuite, il retourne dans l'hypermarché pour remettre dans le rayon la boîte avec les gésiers marqués. Ce qu'il souhaite comprendre c'est qu'est-ce qu'on fait de ces produits non vendus ? Le lendemain dès l'ouverture de l'établissement, il se précipite vers le rayon en question et aperçoit quatre boîtes remplies de gésiers de poule. Il les achète tous. De retour chez lui, il ouvre les boîtes l'une après l'autre et remarque les gésiers parqués dans trois des quatre boîtes, ce qui signifie qu'on les a remis en boîte et remballer. Ce qui l'étonne c'est que sur le remballage, il est inscrit la date du jour tout comme ils sont des produits tout nouveaux. En dehors des gésiers de poule, est-ce qu'on agit de la même façon avec les autres articles en faisant le remballage et en rectifiant la date de production ? Pour connaître la vérité, seule la conscience ou bien la bonne foi compte. Quant à certains produits congelés dont le délai de conservation est relativement long, les vendeurs procèdent à des intervalles à leur remballage et Carrefour maintient des stipulations explicites et strictes sur cela. Si l'on consulte ces dernières, on remarque écrit en toutes lettres que le remballage des produits et la réinscription de la date sont formellement interdits. Dans ce cas-là, s'il est constaté que ce genre de pratique se fait couramment et habituellement dans les hypermarchés Carrefour chinois, alors quelle sera la réaction de la direction générale du leader mondial de la grande distribution ?

Le 8 janvier 2012 dans la soirée vers dix neuf heures dans l'Hypermarché Carrefour Guomao 360, les chefs du service des produits crus et frais et du service de la viande font une inspection dans l'établissement. Lorsqu'ils aperçoivent des employés en train de faire le remballage, ils se concertent à voix basse, puis se portent aussitôt en avant pour les dissuader et les empêcher d'agir ainsi.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 16 mars
Sélection du Renminribao du 16 mars
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation
Des sessions pas comme les autres