Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 20.03.2012 08h43
Un Carrefour fermé après un reportage télévisé

Dimanche matin, le géant Carrefour a temporairement fermé un de ses magasins dans le centre de la Chine dans la province du Henan, soit trois jours après que le magasin ait fait parler de lui dans les médias pour avoir changé les dates d'expiration sur des produits de poulet et avoir vendu du poulet ordinaire plus cher que la volaille fermière.

Wang Shangwei, le directeur des relations publiques de la région de l'extrême-ouest de Carrefour Chine, a déclaré dimanche après-midi au China Daily que le magasin Carrefour de la route Huayuan de Zhengzhou, la capitale du Henan, avait été fermé dimance matin comme l'a ordonné le bureau industriel et commercial local.

On a découvert que le magasin reconditionnait de la viande de poulet ordinaire en poulet élevé en plein air, au double du prix et ne respectait pas ses propres règles commerciales en mettant en vente de la viande (gésiers de poulet, rouelles de mouton) dont la date de fraîcheur avait expiré, rapporté jeudi soir par La Télevision Centrale de Chine (CCTV), la plus grande chaîne de télévision du pays .

Le magasin va coopérer avec l'enquête menée par les autorités industrielles et commerciales et les autres magasins de Carrefour vont vérifier leurs opérations afin d'éviter que de tels méfaits se reproduisent, a annoncé Wang.

On ne sait pas quand le magasin réouvrira ses portes, a-t-il ajouté.

Les consommateurs ont été abusés par le magasin Carrefour (prix frauduleux, aliments périmés) ces tromperies constituant des violations graves à la loi sur la protection des droits et intérêts des consommateurs. Voilà ce qu'a déclaré un fonctionnaire surnommé Chen du bureau industriel et commercial local au Dahe Daily à Zhengzhou.

D'après Chen, le magasin doit se corriger et aura besoin de la permission des autorités industrielles et commerciales avant de pouvoir réouvrir.

Carrefour Chine a présenté ses excuses au public dans un communiqué publié jeudi soir après le rapport de CCTV, s'engageant à enquêter sur l'affaire et de punir les employés responsables.

"Nous allons continuer à améliorer la formation et prendrons des mesures pour veiller à mettre en œuvre toutes les dispositions nécessaires pour sauvegarder les intérêts des consommateurs», selon un communiqué publié sur le site Web de Carrefour Chine.

La sécurité alimentaire est devenue une question sensible au cours de ces dernières années à la suite de nombreux scandales, y compris les préparations pour nourrissons contaminées à la mélamine, du porc avec une garniture chimique et l'huile recyclée dans des restaurants.

Certains résidents Zhengzhou ont exprimé leur soutien à la fermeture du magasin.

Zhao Linxiao, de Zhengzhou, a estimé que la fermeture du magasin Carrefour est un avertissement pour d'autres géants de la distribution et qu'ils doivent respecter les lois et règlements visant à garantir la sécurité et la qualité de leurs produits.

Ji Liang, étudiant à l'université de Zhengzhou, pense que la fermeture ne résoudra pas complètement le problème, parce que beaucoup d'autres grands centres commerciaux font des choses similaires pour tromper les consommateurs.

Pour l'étudiant : "C'est juste une question de hasard, qu'un magasin Carrefour a fait l'objet d'un rapport par CCTV. Je ne pense pas que les autres magasins se portent mieux".
"En tant que consommateur, je n'ai pas le choix que de continuer à acheter des produits dans les grandes surfaces», at-il dit. "Ce que je peux faire pour me protéger, c'est d'apprendre sur Internet comment éviter d'être trompé dans les centres commerciaux."

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 19 mars
Sélection du Renminribao du 16 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation