Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 25.03.2012 09h33
Les pseudo produits "made in Italy" suscitent la colère en Chine

Les consommateurs chinois protestent contre les produits de luxe "Italiens" dont on a récemment révélé qu'ils étaient fabriqués en Chine.

Le bureau à Beijing du département de la protection de la propriété intellectuelle de la Commission des affaires italiennes (CAI) a récemment soumis une liste de 30 marques déclarées comme d'origine italienne au Bureau d'Etat chinois de la Propriété intellectuelle.

Les produits incriminés incluent des sacs, des articles de maroquinerie et de literie, dont certains sont vendus à un prix plus élevé que les produits domestiques ou même que les véritables marchandises importées, et qui présentent sur leurs emballages des adresses et numéros de téléphone en Italie totalement fictifs.

"Ces pseudo-marques italiennes trompent les consommateurs en se déclarant de fabrication italienne", déclare Giovanni de Sanctis, un responsable à la CAI.

Certaines de ces marques dit-il, font figurer sur leurs emballages le drapeau tricolore Italien ou encore des histoires purement inventées quant à leurs origines.

"Ces éléments en eux-mêmes ne nuisent pas directement à l'image et aux intérêts des entreprises italiennes, mais constituent un exemple de concurrence déloyale envers les entreprises des deux nations", explique-t-il.

De Sanctis ajoute cependant que si les produits sont de mauvaise facture, alors ils peuvent nuire à l'image des entreprises italiennes et de leurs homologues chinoises.

La CAI a établi un bureau de son Département de protection des droits de propriété intellectuelle à Beijing en juillet 2010, spécifiquement pour protéger l'image et les intérêts des authentiques marques italiennes. Elle a déjà mis à jour plus de 60 fausses marques italiennes sur le marché chinois, bien qu'elle n'ait pour l'heure rapporté que trois cas aux autorités chinoises de défense de la propriété intellectuelle.

Une des entreprises à être passée sous le radar de la CAI, était Toskany, une société vendant des articles en cuir sur le marché chinois. Elle prétendait être originaire de la ville italienne de Toscane et avoir une histoire remontant à 1928.

Cependant, une enquête italienne a révélé que cette entreprise n'avait jamais été enregistrée en Italie, et que ses produits étaient issus d'une entreprise de maroquinerie basée à Beijing.

Il y a seulement quelques semaines, le joueur de basketball américain Michael Jordan a porté plainte contre l'entreprise chinoise de vêtements et de chaussures de sport Qiaodan Sports Company Ltd. pour utilisation abusive de son nom et de son identité. "Qiaodan" est en effet la transcription en chinois du nom de Jordan.

L'Administration générale d'Etat pour l'industrie et le commerce de la Chine a déclaré que son bureau des marques déposées avait récemment rejeté deux dossiers de dépôt de marque pour les noms : Nino Ferletti Italy et Bestibelli Milan.

Elle a en outre rappelé que les entreprises italiennes peuvent rapporter les incidents de publicité mensongère et de violation de droits de propriété intellectuelle aux administrateurs de l'industrie locale et aux bureaux du commerce.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 23 mars
Principales nouvelles du 23 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation