Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 01.04.2012 10h04
A vie chère, mort chère ?

Les nouveaux règlements édictés par le Gouvernement chinois pour freiner l'explosion des prix des funérailles et des inhumations ont suscité des discussions en ligne animées, à quelques jours de la journée traditionnelle d'hommage aux ancêtres en Chine (plus connue sous le nom de Qingming, 清明节), alors que le public craint que ces mesures n'aient qu'un pouvoir limité pour lutter contre les profiteurs des pompes funèbres.

La Commission Nationale du Développement et de la Réforme (CNDR), le principal régulateur des prix du pays, et le Ministère des Affaires Civiles, ont publié le week-end dernier des directives sur les prix des services funéraires. L'initiative est tombée à point nommé, au moment où les protestations en ligne au sujet de l'augmentation vertigineuse des prix des dépenses funéraires fleurissent alors que la Journée du nettoyage des tombes approche. Elle tombe cette année le 4 avril.

Les nouveaux règlements sont vite devenus un sujet brûlant sur Internet, mais ils n'ont cependant reçu qu'un accueil bien tiède. Beaucoup sont en effet pessimistes quant à l'efficacité des mesures, car ils n'ont pas retrouvé une pleine confiance dans les manifestations de lutte du pays contre l'inflation.

L'augmentation des prix à la consommation en Chine a fléchi à 3,2 % d'une année sur l'autre en février, le plus bas niveau en 20 mois, mais en revanche les prix de certains légumes ont fortement augmenté ce mois-ci, déclenchant une nouvelle vague de craintes inflationnistes.

« Je n'ai pas assez d'argent pour vivre ou pour mourir », a-t-on pu lire sur un post largement diffusé sur Sina Weibo, le service le plus populaire de microblogging en Chine, semblable à Twitter, après que la nouvelle ait été publiée.

« Les intentions du gouvernement sont bonnes, mais le remède est peut-être mauvais. Ils devraient surveiller les prix de plus près, plutôt que fixer des prix plafonds. Ou cela pourra se révéler contre-productif », a ainsi déclaré « Laogu » sur Weibo.

Ces remarques ont été reprises par d'autres personnes, qui ont évoqué les prix du carburant à titre d'exemple. La CNDR a la capacité d'ajuster les prix du pétrole en se fondant sur l'évolution des cours sur les marchés internationaux, et la récente hausse des prix des carburants qu'elle a décidé a contrarié les internautes, sensibles aux coûts.

Cependant, les experts de l'industrie ont signalé que tous les articles funéraires sont trop chers. Les frais généraux réglementés par le Gouvernement, pour des services de base, dont l'incinération et le stockage des cendres, peut être aussi bas que 500 Yuans (79,3 Dollars US), a déclaré Ren Minjun, Directeur adjoint des pompes funèbres municipales de Jinan, capitale de la Province du Shandong, dans l'Est de la Chine.

Les services en option, tels que la conservation du corps et la location d'un lit de mort, peuvent être facturés par les pompes funèbres sur la base des normes proposées par le Gouvernement, selon les nouveaux règlements. Mais les consommateurs, qui se plaignent que les pompes funèbres pratiquent des surcharges dans beaucoup de ces domaines, s'inquiètent du fait qu'elles pourraient être autorisées à continuer dans cette voie.

Par exemple, une couronne de fleurs coûte au moins 600 Yuans, et le maquillage funéraire 320 Yuans, selon certaines propositions. « J'ai trouvé que ces prix étaient supérieurs aux prix du marché », a ainsi déclaré Zhai Chao, un habitant de Jinan, qui a récemment organisé des funérailles d'un membre de sa famille.

Bien sûr, ces raffinements ne sont pas obligatoires. Mais les Chinois ayant pour tradition d'offrir une sépulture décente, un grand nombre d'entre eux choisissent encore des services supplémentaires pour que les funérailles aient « bonne apparence », selon Wang Zhongwu, Professeur de sociologie à l'Université du Shandong.

M. Zhai s'est plaint d'avoir eu à dépenser plus de 10 000 Yuans, soit près d'un tiers de son revenu annuel, juste pour la cérémonie funèbre. « Cela ne comprend pas la partie enterrement, plus chère. L'urne de crémation, sans parler de la tombe, sont trop chères », a-t-il ajouté.

Généralement, les Chinois ensevelissent leurs morts, en tant que manière de leur montrer du respect. Toutefois, les cimetières abordables gérés par le Gouvernement sont rares, tandis que les cimetières commerciaux, plus coûteux, sont également limités.

La tombe la moins chère dans le cimetière Shuangfeng de Jinan coûte ainsi 12 600 Yuans le mètre carré, soit près de 40 % plus cher que le prix moyen du mètre carré de logement dans la ville. Une tombe avec un bon feng shui coûte encore plus.

Face à l'emballement des prix des lieux de sépulture, les internautes ont établi une analogie avec le bouillonnement du marché national de l'immobilier.

« Le gouvernement devrait imposer des macro-contrôles sur le secteur de l'immobilier de l'au-delà, sinon personne ne pourra plus se permettre de mourir », a déclaré Mi Ruirong, Président de Chengdu Wanbo Immobilier Co Ltd, sur son compte Weibo.

« Les problèmes liés à la terre sont toujours épineux », a-t-on aussi pu lire sur le compte Sina Weibo du Yangcheng Evening News, un journal de la Province du Guangdong, dans le sud de la Chine.

Avec l'urbanisation rapide du pays, la demande pour des cimetières publics est en pleine expansion. Mais les terrains disponibles pour la construction de cimetières manquent actuellement. Aussi les gouvernements devraient-ils allouer davantage d'espace aux cimetières quand ils élaborent leurs plans de développement local, de manière à répondre à la demande du public et calmer les prix, a suggéré Zhang Yuanxiang, Directeur de la Direction générale des Affaires Civiles du Comté de Jiyang, dans la province du Shandong.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis