Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 01.04.2012 13h29
La police de Beijing arrête 1 000 personnes au cours d'une campagne de lutte contre la criminalité sur Internet

La police de Beijing a annoncé samedi avoir arrêté 1 065 suspects et supprimé plus de 208 000 messages en ligne "nuisibles" au cours d'une campagne nationale de lutte contre la criminalité sur Internet lancée mi-février.

Les opérateurs de plus de 3 117 sites internet ont reçu des avertissements et 70 sociétés internet qui ont bravé les avertissements ont reçu des sanctions administratives, et certaines ont été fermées, a indiqué un porte-parole du département de la cybersécurité de la police municipale.

Cette campagne, baptisée "Brise printanière", vise principalement la diffusion d'informations liées à la contrebande d'armes à feu, de drogues et de produits chimiques toxiques, à la vente d'organes humains, à la falsification de certificats et de factures, et à la vente d'informations personnelles, a expliqué le porte-parole.

Cette campagne a été lancée pour répondre aux plaintes du public concernant la criminalité sur Internet, a indiqué le porte-parole, ajoutant que le nombre de ces crimes a chuté de 50% depuis le lancement de la campagne le 14 février.

La Chine a redoublé d'efforts ces dernières semaines pour "épurer" l'Internet. La police de Beijing a annoncé vendredi avoir arrêté six personnes suspectées d'avoir fabriqué et propagé des rumeurs sur Internet, et sanctionné les sites internet et les réseaux sociaux qui ont véhiculé ces rumeurs.

Seize sites internet ont été par la suite fermés et les deux principaux sites de microblogage chinois, weibo.com et t.qq.com, ont suspendu leur fonction commentaire du 31 mars au 3 avril.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis