Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 05.04.2012 09h12
Vivre et mourir à grands frais?

Les nouveaux règlements du gouvernement chinois pour lutter contre la montée en flèche des prix des services funéraires et de l'inhumation ont suscité de vives discussions en ligne, tout juste avant le jour que la Chine consacre traditionnellement à l'hommage à rendre aux ancêtres, car le public s'inquiète que les politiques n'aient qu'un pouvoir limité pour limiter les bénéfices excessifs des entrepreneurs de pompes funèbres.

Le week-end dernier, la Commission d'État pour le développement et la réforme, l'organisme suprême de contrôle des prix du pays, et le ministère des Affaires civiles ont publié des directives relatives aux prix des services funéraires. C'était une mesure opportune considérant l'arrivée de la fête de la Qingming (de la Pure Clarté), qui tombe le 4 avril cette année. En effet, c'est habituellement une période où les tollés en ligne concernant la montée en flèche des dépenses funéraires enregistrent habituellement un pic.

Les nouveaux règlements sont rapidement devenus un thème d'actualité sur Internet, mais ils n'ont reçu qu'un accueil tiède. Beaucoup sont pessimistes quant à l'efficacité des mesures, car elles n'ont pas restauré la pleine confiance dans les capacités du pays à combattre l'inflation.

« Je n'ai pas suffisamment d'argent pour vivre ou pour mourir », peut-on lire dans un message fréquemment réacheminé sur Sina Weibo, le service de blogage le plus populaire, le Twitter chinois.

« L'intention du gouvernement est bonne, mais le remède ne va pas. Il devrait superviser plus étroitement plutôt que d'imposer des plafonds de prix », a déclaré « Laogu » sur Weibo.

Ces remarques ont été reprises par d'autres qui ont cité le prix du carburant en exemple. La Commission est autorisée à ajuster les prix du pétrole en se basant sur le mouvement dans les marchés internationaux, et sa récente augmentation des prix du carburant a vexé les internautes sensibles aux prix.

Cependant, des gens bien informés de cette industrie ont noté que ce ne sont pas tous les articles funèbres qui sont trop chers. Les frais permis par le gouvernement pour les services de base, y compris l'incinération et l'entreposage des cendres, peuvent être aussi bas que 500 yuans (79,3 $), a indiqué Ren Minjun, directeur adjoint de la Maison funéraire municipale de Jinan, dans la province de Shandong (Chine de l'Est).

Les nouveaux règlements énoncent que les maisons funéraires peuvent imposer des frais pour les services optionnels, notamment l'embaumement et la location de cercueils, selon les normes proposées par le gouvernement. Toutefois, les consommateurs se sont plaints que les maisons funéraires imposaient des frais trop élevés dans plusieurs de ces domaines, et ils s'inquiétaient qu'on leur permette de poursuivre cette pratique.

Par exemple selon les propositions, une couronne coûte au moins 600 yuans, et le maquillage de la personne décédée, 320 yuans,. « Il me semble que c'est supérieur aux prix courants », a confié Zhai Chao, un résidant de Jinan qui a récemment organisé un enterrement pour un membre de sa famille.

Naturellement, ces articles ne sont pas obligatoires. Mais les Chinois ont la tradition d'organiser un enterrement décent, de sorte que beaucoup choisissent des services supplémentaires pour que le service funéraire « ait l'air bien », selon Wang Zhongwu, professeur de sociologie à l'université du Shandong.

M. Zhai s'est plaint d'avoir dépensé plus de 10 000 yuans, près du tiers de son revenu annuel, rien que pour la cérémonie funèbre. « Cela n'incluait pas la portion plus chère de l'enterrement. L'urne et le tombeau sont trop chers », a-t-il ajouté.

Pour les Chinois, l'ensevelissement des morts est une manière de témoigner du respect. Cependant, les cimetières abordables qui sont gérés par le gouvernement sont peu nombreux, et le nombre de cimetières commerciaux, plus coûteux, est également limité.

Dans le cimetière de Shuangfeng de Jinan, le tombeau le moins cher coûte 12 600 yuans le mètre carré, près de 40 % de plus que le prix moyen des logements de la ville. Un tombeau avec feng shui favorable coûte bien plus.

Les internautes ont comparé le coût grandissant des lieux d'enterrement avec celui du marché immobilier du pays.

Avec l'urbanisation rapide du pays, la demande de cimetières publics augmente. Toutefois, il y a pénurie de terrains pour les cimetières. Les gouvernements devraient allouer plus d'espace pour les cimetières lorsqu'ils élaborent des programmes de développement locaux afin de satisfaire à la demande du public et freiner la hausse des prix.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Position ferme sur les prix des maisons
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions