Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 05.04.2012 14h31
Suisse: la pornographie enfantine reste la catégorie la plus signalée à la police

La pornographie enfantine reste la catégorie la plus signalée à la police en Suisse malgrè un recul du nombre de dénonciations de soupçons, a annoncé mardi l'Office fédéral de la police suisse (Fedpol).

Le Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet (SCOCI) de Fedpol a connu une baisse des communications de soupçons transmises par la population suisse. Il a reçu 5330 communications en 2011, soit 14 % de moins que l'année précédente. Pour ce qui est des catégories de communications, on constate surtout un recul des communications dans le domaine de la pornographie dure et une augmentation des celles qui concernent la criminalité économique.

Selon le SCOCI, la catégorie "Pornographie dure" reste, avec 1206 communications, la catégorie faisant l'objet du plus grand nombre de communications. 90 % des communications relevant de cette catégorie concernent la pornographie enfantine.

Les communications de la catégorie "Pornographie en général", qui avaient diminué en 2010, ont connu une légère hausse durant l'année sous revue. Celles de la catégorie "Spam" sont en recul pour la quatrième année consécutive, ce qui peut s'expliquer par l'indifférence toujours plus grande des internautes suisses face à ce phénomène, qui ne jugent plus nécessaire d'annoncer ce type de contenus. A cela s'ajoute que les filtres anti-spams sont de plus en plus performants et identifient rapidement les spams si bien que les utilisateurs ne les remarquent même plus.

Concernant la criminalité économique, on note surtout une hausse de 53 % des communications de la catégorie "Escroquerie". Les auteurs d'escroqueries, qui opèrent pour la plupart depuis l'étranger, visent notamment les personnes effectuant leurs achats par le biais de bourses d'échange et de petites annonces en ligne. Les communications pour des autres cas de criminalité économique (en particulier les cas de phishing et de blanchiment d'argent) ont fortement augmenté (+ 28 %). Les auteurs de ces infractions ont surtout cherché à obtenir les données d'accès aux opérations d'e-banking et aux bourses d'échange en ligne.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Position ferme sur les prix des maisons
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions