Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 29.05.2012 14h25
Beijing facilite l'enregistrement du domicile pour les étrangers

La capitale chinoise a adopté une série de mesures visant à faciliter l'enregistrement du domicile pour les étrangers, a annoncé la police de Beijing.

Selon la loi chinoise, les étrangers vivant dans les zones urbaines en Chine doivent s'enregistrer auprès du commissariat dont dépend le lieu de résidence dans les 24 heures suivant l'emménagement dans une maison ou un appartement.

Cependant, de nombreux nouveaux arrivants qui habitent loin d'un commissariat, ne connaissent pas le réseau de transport local ou qui ont de la peine à communiquer, rencontrent des difficultés à s'enregistrer, certains même renonçant à suivre la procédure.

Désormais les services d'enregistrement du domicile pour les étrangers sont disponibles dans davantage de lieux, par exemple dans certains quartiers disposant de services de police suffisants, a indiqué le Bureau de la Sécurité publique de Beijing.

En outre, les personnes âgées, les malades ou les handicapés qui ne peuvent se présenter en personne pour s'enregistrer ont la possibilité de prendre rendez-vous à domicile par téléphone ou SMS.

Par ailleurs, les étrangers dont le visa ou le permis de résidence arrive à terme seront alertés par SMS ou recevront la visite d'agents de police.

Les postes de police de quartier ont procédé à l'enregistrement de 38 000 étrangers à Beijing, soit environ 12% du nombre total d'étrangers vivant dans la capitale, qui a lancé le 15 mai une campagne de 100 jours contre les étrangers entrés, résidant ou travaillant illégalement.

Au cours de cette campagne la police procède à des contrôles à domicile, en particulier dans les quartiers à forte concentration d'étrangers comme Wangjing, Sanlitun et Wudaokou, ainsi qu'à des contrôles d'identité dans la rue.

Source: xinhua

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »