Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 04.06.2012 08h18
BIT : 20,9 millions de victimes du travail forcé dans le monde

Le Bureau International du Travail (BIT) a estimé vendredi à 20,9 millions le nombre de victimes du travail forcé dans le monde.

Le plus grand nombre se trouve en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Près de 55% (11,4 millions) de femmes et de filles et 45% d' hommes et de garçons (9,5%) sont concernés. La majorité (90%) des travailleurs forcés sont exploités dans le cadre de l'économie privée, selon le dernier rapport du BIT sur le travail forcé dans le monde.

D'après les auteurs du document, les victimes du travail forcé sont prises au piège d'emplois qui leur ont été imposés par la contrainte ou la tromperie et elles ne peuvent quitter.

Le chiffre de 20,9 millions, avancé par le rapport du BIT, est supérieure à celui de 2005 qui comptabilisait 12,3 millions de victimes dans le monde.

Mais la comparaison n'est pas possible, a dit la responsable de l'étude, Beate Andrees car "une autre méthodologie a été utilisée cette année" et la hausse du nombre des victimes peut seulement refléter le plus grand nombre de cas enregistrés.

Sur les 20,9 millions de travailleurs forcés, 90% sont exploités dans l'économie privée par des individus ou des entreprises, les autres par des Etats.

Le quart a moins de 18 ans et 22% sont victimes d'exploitation sexuelle. L'agriculture, la construction, le travail domestique ou la production manufacturière sont les secteurs où se trouvent 68% des victimes du travail forcé.

Le rapport constate que les adultes sont plus touchés que les enfants: 74% des victimes ont 18 ans et plus (15,4%). Les enfants de 17 ans et moins représentent 26% du total (5,5 millions).

Dans la région comprenant l'Europe centrale, l'Europe du Sud- Est et la Communauté des Etats Indépendants (CEI) et en Afrique, le nombre de victimes pour 1.000 habitants est le plus élevé, avec respectivement 4,2 et 4 travailleur forcé pour 1.000 habitants. Dans les économies développées et l'Union Européenne il est de l'ordre de 1,5 pour 1.000.

En chiffres absolus, la région d'Asie-Pacifique représente le plus grand nombre de travailleurs forcés dans le monde, 11,7 millions (56%), suivi de l'Afrique avec 3,7 millions (18%), de l'Amérique latine avec 1,8 million de victimes (9%).

Les économies développées et l'Union européenne abritent 1,5 million de travailleurs forcés (7%), tandis que les pays d'Europe centrale et du Sud-Est et de la CEI (Communauté des Etats indépendants) représentent 1,6 million de personnes (7%). L'OIT estime à environ 600.000 (3%) les victimes au Moyen-Orient.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »