Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 05.07.2012 09h02
Le Parlement européen demande de rendre un système d'urgence eCall "obligatoire" en Europe

Toutes les nouvelles voitures en Europe devraient être équipées d'ici 2015 d'un système eCall, en vue d'alerter automatiquement les services de secours des accidents de la route, selon une résolution adoptée mardi par le Parlement européen à Strasbourg.

Ce système eCall, fondé sur l'appel d'urgence 112, permettrait d'accélérer l'arrivée des services d'urgence, de sauver des vies et de réduire les blessures, indique la résolution, tout en déplorant les retards dans le déploiement volontaire du service eCall et la faible proportion de véhicules équipés en Europe.

Dans l'Union européenne (UE), selon les données publiées en 2004, plus de 40 000 personnes meurent chaque année dans des accidents et 150 000 personnes restent handicapées à vie.

Le résolution invite la Commission européenne à proposer une législation en vue de rendre le système eCall "obligatoire" d'ici 2015, et à examiner la possibilité d'étendre, dans un avenir proche, le système eCall à d'autres véhicules, notamment les poids lourds, les bus et autocars et les deux-roues motorisés.

D'après le texte, le système public eCall devrait être un service d'appel d'urgence gratuit dont pourrait bénéficier tout conducteur en Europe, indépendamment de la marque de sa voiture.

La résolution souligne également que le service eCall ne peut être utilisé pour surveiller les déplacements d'une personne ou repérer sa localisation, à moins que cette personne ait été impliquée dans un accident.

Source: Xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire