Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 05.07.2012 16h21
Des enfants adoptés découvrent la Chine

Apprendre à écrire les caractères chinois par «amour» et «bonheur» dans une classe de Beijing était la première activité mardi pour un groupe de familles américaines lors d’une visite culturelle en Chine.

Mais, ce n’est pas un groupe de touristes typique, bien que les parents soient nés et ont grandi aux Etats-Unis, leurs enfants sont nés en Chine, avant d'être adoptés et élevés de l'autre côté du monde.

Thomas Shuo Fahnle, 10 ans, a appris la calligraphie chinoise et le découpage de papier avec un grand intérêt dans la classe culturelle, accompagné par son père adoptif David Fahnle Charles.

Le garçon, portant une prothèse auditive, a trempé son pinceau dans l'encre noire, pour peindre sur un papier blanc en suivant les instructions de l'enseignant.

Cependant, au cours des trois premières années de sa vie, il ne pouvait pas entendre, a déclaré son père adoptif âgé de 58 ans.

Le garçon a été soutenu par un institut de protection de l'enfance à Beijing, jusqu'à ses trois ans avant que le père célibataire ne l’adopte en 2005. Après sept interventions chirurgicales, il peut maintenant entendre des deux oreilles.

«J'ai été professeur pour enfants sourds pendant trente-six ans et c'est un domaine dans lequel je connais vraiment quelque chose," a indiqué M. Fahnle. «Quand je l'ai choisi, je connaissais ses antécédents médicaux et savais ce que je pouvais faire tant sur plan éducatif et médical pour l’aider à entendre et en même temps lui donner un foyer d’amour et d’affection. "

Thomas n'arrêtait pas de montrer à son père ses "chefs-d'œuvre " faits en classe et a reçu des compliments et des mots d'encouragement en retour.

En assistant à cette scène harmonieuse, il est difficile d'imaginer que cet enfant a accueilli son père "avec violence" lors de leur première rencontre.

«Je suis si différent de vous les gars (Chinois), quand je lui ai rendu visite pour la première fois à l'orphelinat et que j’ai voulu le serrer dans mes bras, il a pleuré et il a craché sur moi et a essayé de me mordre. Il a fallu un certain temps pour lui faire retrouver une confiance, "a déclaré M. Fahnle.

Il a dit comprendre la réaction paniquée de l'enfant comme il l'avait été pris en charge par le personnel infirmier, en étant un enfant différent et aussi parce qu'il ya beaucoup de bébés dans un orphelinat, "il n'a jamais su qui il pourrait appeler maman ou papa, il n'a jamais eu ses propres jouets et rien n’était vraiment à lui ".

"Je pense que le système des orphelinats chinois a fait merveille dans la prestation de soins infirmiers, mais ils ne peuvent pas remplacer les parents», a-t-il confié.
Fahnle a reconnu qu’après quelques mois, que c’était difficile au début pour le garçon de s’adapter à sa nouvelle vie aux Etats-Unis.

Près de 130 familles américaines avec 200 enfants chinois adoptés devraient passer trois jours à Beijing. Les activités comprennent une classe culturelle dans le centre chinois pour la protection des enfants et l'adoption, qui est en charge des affaires d'adoption à l'étranger, visiter des attractions touristiques comme le Temple du Ciel et la Grande Muraille et déguster le célèbre canard laqué de beijing.

Le groupe se rendra ensuite dans trois villes populaires touristiques, Xi'an, Chengdu et Guilin. Le gouvernement chinois prendra en charge leurs frais de voyage en Chine.
Certaines familles ont aussi l'intention de visiter les instituts de protection de l'enfance où les enfants adoptés ont l'habitude de vivre.

Cheryl Bonfils-Rasmussen du Texas a déclaré qu'elle envisagait de prendre ses deux filles Mei Li, 9 ans et Ying Li, 6 ans, pour leur faire visiter leurs "villes natales". Les deux filles ont été adoptées dans des instituts de protection de l’enfance dans l'est de la Chine dans la province du Jiangsu et dans le sud-ouest dans la municipalité de Chongqing.

Mme Bonfils-Rasmussen a dès le départ parlé à ses filles pour qu’elles connaissent leur histoire et qu’elles se sentent curieuses de leur passé en Chine.
La mère encourage également ses filles à étudier la langue et la culture chinoise dans leur vie quotidienne.

"Elles sont très fières de leur origine chinoise. Elles exécutent des danses chinoises à l'école dans les festivals du Nouvel An et autres manifestations culturelles et quand les enseignants veulent parler de la culture chinoise, ils demandent souvent aux filles et participer et de partager leur patrimoine culturel avec le reste de la classe. "

Des familles d'outre-mer ont adopté plus de 100.000 enfants chinois depuis les années 1990, selon les statistiques du ministère des Affaires civiles.

"Cette visite est utile pour améliorer la confiance de ces enfants, car ce voyage peut leur faire sentir l'amour de leur patrie, bien que leurs parents de naissance les ont abandonné pour certaines raions ", a déclaré Lily Nie, le fondateur et le directeur général de la Chinese International Children Adoption, une agence basée au Colorado.

Pour Zhang Shifeng, directeur du Centre chinois pour la protection des enfants et de l'adoption, ce genre de visite permet également aux autorités chinoises d’avoir une chance de voir comment les enfants adoptés en provenance de la Chine ont été pris en charge par leurs familles adoptives.

Photo: Ying Li, 6 ans, apprend la calligraphie chinoise avec sa mère adoptive, Cheryl Bonfils-Rasmussen du Texas, au Centre chinois pour la protection des enfants et de l'adoption, mardi à Beijing.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire