Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 01.08.2012 16h06
Ne pas se marier avant 30 ans !

L'ancienne adjointe au maire de Los Angeles, Chen Joy dans son nouveau livre, préconise la sagesse et de prendre le temps de choisir son partenaire. Elle partage ses pensées avec Yang Guang.

Alors que les jeunes femmes chinoises subissent toujours des pressions pour se marier tôt, de crainte qu'elles soient appelées shengnu ou «vieilles filles», l'ancienne adjointe au maire de la ville de Los Angeles suggère au contraire dans ce livre : ne vous mariez pas avant 30 ans !

Chen, Américaine d'origine chinoise, âgée de 42 ans a épousé un promoteur immobilier de 38 ans, affirme que le message central du livre est de savoir comment faire des choix dans la vie et de la remplir de sécurité, d'amour et de bonheur.

Pour transmettre ce message, elle raconte qu'elle est passée d'une timide immigrée de deuxième génération à une femme d'affaires prospère.
Au cours des deux derniers mois, Chen et sa famille ont voyagé à travers toute la Chine pour promouvoir le livre.

Elle a clairement décidé de prendre en main la situation, en priant son mari de prendre leurs deux filles à l'étage, alors que notre entrevue allait commençer et sans me consulter, de demander à la serveuse de l'appartement de Lee Garden à Beijing d'apporter deux verres d'eau, l'eau froide pour elle et réchauffée pour moi.

Les parents de Chen ont émigré aux Etats-Unis dans les années 1960 pour poursuivre leurs études. Ils n'avaient pas beaucoup d'argent, mais ont économisé autant qu'ils pouvaient pour acheter une maison dans un quartier où se trouvait une bonne école.

Ils ne permettaient pas d'avoir une télévision à la maison et ne voulaient pas que Chen et son frère côtoient les jeunes enfants américains, de peur que leurs enfants se laissent abusés par les "aspects immoraux de la culture américaine".

"Dans les années 1970, le monde percevait la Chine comme arriérée et isolée. Et la manière dont mon frère et moi nous comportions, reflétait exactement comment le monde voyait la Chine," a reconnu Chen, ajoutant que son frère et elle portaient des vêtements bon marché et des lunettes épaisses et ne parlaient pas très bien anglais.

"Même après avoir commencé l'école, le plus dur était après la classe, lorsque les enfants plaisantaient à propos de la TV et des films.

«Je n'avais aucune idée de ce dont ils parlaient. Les très rares occasions où je pouvais trouver quelque chose à dire, c'était toujours 60 secondes trop tard», explique t-elle.

Un soir de Noël, une conversation décontractée avec son père, a tout changé.

Son père lui a dit qu'il n'irait pas à la fête de Noël de l'entreprise, car il n'a jamais su quoi dire à des personnes de race blanche se trouvant autour de lui. En l'écoutant, Chen a confié qu'elle a eu un de ces moments d'illumination.

«J'ai réalisé deux choses : d'abord, que mon père ne pourrait jamais au cours de sa carrière connaître le succès ; ensuite, qu'il ne savait pas comment socialiser avec les personnes de race blanche, tout comme moi."
Cela lui donnait la motivation d'observer de plus près et de se fondre dans la société américaine.

À 31 ans, elle est devenue adjointe au maire de Los Angeles, en etant responsable de l'éducation et du développement des ressources humaines de la deuxième plus grande ville des Etats-Unis.

Elle a quitté la politique en 2007 et plus tard a fondé sa propre société de chasseurs de tête. Dans le même temps, elle a écrit un blog pour donner des conseils de carrière aux jeunes talents chinois.

En 2010, Chen a reçu un courriel du rédacteur en chef de China Citic presse, lui demandant si elle accepterait d'écrire un livre pour guider les jeunes femmes chinoises sur la façon de réussir dans leur vie et carrière.

Chen a dû décliner l'invitation car elle était trop occupée. Un an plus tard, elle a reçu la même demande, Chen venait de donner naissance à sa deuxième fille.

«Je commençais à m'interroger, comment mes deux filles devaient faire face à ce monde, une fois devenues de jeunes femmes et si je pouvais écrire quelque chose de significatif pour elles», dit Chen. "Et j'ai décidé de tenter une petite expérience."

Elle a écrit sur son blog, un article intitulé "Ne pas se marier avant 30 ans", et l'a partagé sur Twitter immédiatement après l'avoir envoyé.

"Tout à coup, mon blog a été submergé par le trafic, si bien que le serveur à été noyé au bout de six heures," se rapelle Chen.

L'expérience l'a incité à arrêter son travail de chasseur de têtes.
Pendant une année entière, elle s'est concentrée uniquement sur la recherche et l'écriture du livre.

Chen explique que de nombreuses Chinoises ne voulant pas être considérées comme des «vieilles filles» se marient trop tôt, puis divorcent rapidement, comme en témoigne le taux de divorce élevé, jusqu'à 57% parmi la génération post 1980.

"Nous ne devrions pas essayer de trouver quelqun de bien « maintenant », mais quelqun de bien « pour toujours» assure-t-elle.

Chen dit qu'elle chérit particulièrement son stage avec Yue-Sai Kan, la productrice de télévision américaine d'origine chinoise et entrepreneur, dont le magazine Time, l'a appelé «la reine de l'Empire du Milieu».

"Avant de la rencontrer, tous les Chinois adultes que je connaissais étaient des scientifiques et des ingénieurs travaillant à des niveaux les plus élémentaires dans les laboratoires», explique Chen.

"Et puis j'ai rencontré Kan, une Chinoise, comme moi, une femme comme moi et elle en train de changer le monde."

"La rencontre avec Kan m'a ouvert le yeux sur les possibilités de ma propre vie. Une génération plus tard, mon espoir et l'aspiration de ce livre est que cela contribue à aider cette génération de femmes chinoises à ouvrir les yeux sur de nouvelles possibilités dans leur vie."

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 31 juillet
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam