Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 27.08.2012 12h16
Les demandeurs de plaque d'immatriculation dépassent le million à Beijing

A la date de dimanche, un nombre record d'un million de personne étaient en compétition pour obtenir l'un des 20 000 certificats d'enregistrement les autorisant à acheter une automobile, par le biais d'une loterie.

Avec un nombre de certificats déterminé issu chaque mois et une liste d'attente qui ne cesse de s'allonger, nombreux sont les acheteurs potentiels d'automobiles qui perdent espoir.

En effet, ce sont pas moins de 1,05 million de demandeurs qualifiés qui étaient inscrits au système de loterie en août –dont 110 000 pour la première fois- tandis que 19 926 certificats seulement seront accordés, a annoncé samedi le bureau municipal en charge du système de loterie.
Ce qui veut dire que seul un demandeur sur 53 obtiendra le précieux sésame, soit 80% de moins par rapport au mois de janvier de l'année dernière, quand la ville de Beijing a introduit ce système de loterie destiné à limiter le nombre des nouvelles immatriculations à 240 000 par an.

« Je n'ai pas regardé les résultats aujourd'hui, mais je ne crois pas que j'aurai de la chance cette fois », a ainsi dit Jia Ruiming, professeur à l'Université de Technologie de Chine du Nord.
Il a participé à chaque loterie mensuelle depuis janvier 2011, et sans succès jusqu'à aujourd'hui.

« Les premiers mois, j'étais impatient de savoir si j'avais obtenu un certificat ou non dès que les résultats étaient publiés », dit-il. « Depuis, j'ai petit à petit laissé tomber et je ne regarde que quand j'y pense tout à coup, après plusieurs jours ».

De toute façon, a t-il ajouté, quand bien même il serait assez chanceux pour décrocher un certificat dimanche, il ne pourrait de toute façon pas acheter une voiture car, ayant perdu tout espoir depuis des mois, il a déjà dépensé tout l'argent qu'il avait mis de côté pour un véhicule.

En vertu des règles de cette loterie, les demandeurs qui ont échoué lors des deux mois précédents sont automatiquement réinscrits, ce qui a eu pour conséquence de faire grimper le nombre des candidats et, le nombre des nouvelles immatriculations étant limité à 20 000 environ chaque mois, les chances de gagner ont fortement baissé.

Le nombre des véhicules circulant à Beijing a plus que quadruplé, passant de un million en 1997 à 4,76 millions en 2010, selon la Commission Municipale des Transports de Beijing. Rien qu'en 2010, ce sont 800 000 nouveaux véhicules qui ont déboulé sur les voies surchargées de la capitale. Au début de cette année, il y avait pas moins de 5 millions de véhicules circulant à Beijing.

« Le système de loterie de plaques d'immatriculation est un effort administratif, et il ne peut traiter la cause de base des encombrements de la circulation », a dit un internaute de Beijing du nom de 5786mm. « Accroître les frais de stationnement et prélever une taxe de circulation serait une meilleure solution ».

La Commission Municipale des Transports de Beijing estime pour sa part que la loterie a contribué à alléger les encombrements de la circulation qui paralysent la ville.

Cependant, dans un sondage fait par la Commission l'année dernière, 75,7% des personnes interrogées ont répondu qu'elles ne pensaient pas que la circulation s'était améliorée, et 8,9% seulement approuvaient le sytème de loterie.

« Je sais que certaines personnes qui n'ont pas besoin d'une voiture se sont inscrites à la loterie et ont obtenu un certificat », dit M. Jia. « Et beaucoup de personnes comme moi, qui ont vraiment besoin d'une voiture, ont échoué et se sentent frustrées ».

« Le problème est que les besoins réels ne sont pas satisfaits, tandis que des personnes qui n'ont guère l'intetion d'acheter une voiture se sentent comme obligées à s'inscrire à la loterie », avait précédemment dit au China Daily Yang Hongshan, Vice-doyen du Département de Planification Urbaine à la Renmin University.

Mais Beijing n'est pas un cas isolé : ainsi, Guangzhou, capitale de la Province du Guangdong, dans le Sud de la Chine, a t-elle lancé des enchères publiques et une loterie en juillet afin de limiter elle aussi le nombre des nouvelles plaques, à 10 000 par mois.

Et Shanghai, le pôle financier du pays, utilise elle un système d'enchères pour limiter le nombre de plaques, dont le prix ne cesse de battre des records : une plaque coûte aujourd'hui plus de 60 000 Yuans (9 460 Dollars US).

Parallèlement à la loterie, Beijing a mis en place ces dernières années toute une série de mesures destinées à lutter contre la forte circulation. Parmi les mesures de cette année, l'installation d'un système intelligent de collecte des frais de stationnement, destiné à contrôler et réguler le stationnement le long des rues, et l'augmentation du nombre de vélos publics pour encourager l'utilisation des transports publics.

Et, selon un plan quinquennal publié un peu plus tôts ce mois-ci par la Commission, les propriétaires de voitures de Beijing pourraient avoir à payer une taxe de circulation.





News we recommend

Le grand et son petit Des photos inédites de Marilyn Monroe publiées par le magazine LIFE   Les robes courtes de la première dame de Corée du Nord soufflent un vent de mode dans son pays
Le passage du mur du son en images   Coca-Cola tombe en bas de la liste de satisfaction des boissons en Chine Emeutes en France : après Amiens, où ?
Kaka : retour à la case départ ? Le monde compterait 70 millions d'asexués Ne pas se marier avant 30 ans !



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
De l'« usine du monde » vers la « marque mondiale »
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?