gbt.jpg (17958 bytes)


"Le peuple place la nourriture au-dessus du tout", confia un sage chinois à l'empereur qui le consulta sur le gouvernement de sa dynasite. Cet enseignement servait de parole d'évangile aux successeurs. Aujourd'hui, la nourriture reste un problème d'une importance capitale pour la Chine, d'autant plus que celle-ci compte près de 1,3 milliard de bouches à nourrir, qui représentent le quart du total mondial.

Mais les Chinois ne se consentaient pas de manger à leur faim. Déjà en 500 ans av. J.-C., le grand philosophe chinois Confucius préconisait le raffinement des plats et la diversification de l'art culinaire. Ayant passé un parcours millénaire, la cuisine chinoise est universellement renommée pour la diversité de la saveur, la variété des recettes, la richesse des matières alimentaires, la beauté de la couleur et le parfum de l'odeur.

Pays de bonne chère, la Chine compte quatre grandes écoles culinaires, qui possèdent chacune leur particularité: la cuisine du Shandong (salée et raffinée), celle du Sichuan (pimentée et fortement épicée), celle du Huaiyang (légère et douce) et du Guangdong (sucrée et fruits de mer.) A Beijing, on peut les goûter dans les restaurants venus de ces régions, ainsi que des spécialités des minorités nationales comme celles des Dai, des Coréens, des Miao. Or on ne doit jamais rater la cuisine de Beijing, dont le canard laqué, la marmite mongole, la cuisine impériale et les grillades sont les plats les plus caractéristiques.

L'Hôtel de Beijing (cinq étoiles) offre également la cuisine de la famille Tan. La ville abonde de petits restaurants de rue qui servent des plats délicieux, mais bon marché. Il faut signaler que la ville donne de diverses collations traditionnelles comme le ravioli à l'eau (shui jiao) ou à la vapeur (zheng jiao), que l'on ne doit pas non plus manquer. Les cuisines végétarienne et tonique (à laquelle sont ajoutées des substances médicinales) sont aussi en vogue, pour la raison que l'on met de plus en plus de soins au régime alimentaire diététique et à la santé.

En banlieue, on peut goûter les plats de terroir dans le petit restaurant compagnard ou chez les villageois.On peut goûter également en ville les cuisines française, russe, américaine, japonaise, coréenne, vietnamienne, thaïlandaise et autres.Un catalogue sommaire de restaurants de diverses spécialités est rédigé pour votre facilité.

<<<<<


Copyright © 2000   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés. horse.gif (4187 bytes)