Notre Site  Aide  Plan du Site  Archives 
  CHINE
  ECONOMIE
  HORIZON
  MONDE
  SCI-EDU
  SPORTS
  VIE SOCIALE
  ARTICLES
  PHOTOS

  COURRIER
  VOIX DE
      LECTEURS

  APERÇU
  REGIONS
     ADMINISTRATIVES

  ETHNIES
  INSTITUTIONS
  PORTRAITS
  BEIJING
  TIBET
  NOTRE SITE
  PLAN DU SITE
  AIDE
  EMPLOI
Mise à jour 14:40(GMT+8), 09/07/2003
HORIZON  

Docu: Le Xiaoling et les Treize Tombeaux des Ming

Le Comité du Patrimoine mondial de l'Unesco a décidé d'inscrire les treize Tombeaux des Ming à Beijing plus le Xiaoling à Nanjing et les fameux « Trois Fleuves parallèles » au Yunnan à la Liste des sites culturels et des biens naturels lors de sa 27è session annuelle qui s'est tenue du 30 juin au 5 juillet à Paris. Ce qui porte à 30 le nombre de ses sites du patrimoine mondial depuis son adhésion à la Convention de l'Unesco en novembre 1985.

A propos des tombeaux de la dynastie des Ming (1368-1644), ils comprennent le MAUSOLEE de Zhu Yuanzhang (1328-1399), fondateur de la Dynastie (1368-1399) qui laissa le trône à son petit-fils l'empereur Huidi (ou Jianwen) qui ne régnait que 4 ans (1399-1403) à Nanjing, et le SHISANLING à Beijing-nécropole des 13 empereurs dont le grand Yongle, Zhu Di, 4è fils de Zhu Yuanzhang et prince du fiel Yan (régions du Nord) qui transféra en 1421 la capitale à Beijing pour inaugurer une nouvelle ère de la Dynastie des Ming.

(I) LA GRANDE OEUVRE DU FONDATEUR DES MING

En Chine, on dit de Nanjing, aujourd'hui chef-lieu de la province du Jiangsu, que l'été, c'est une des trois fournaises du Yangzi avec Wuhan (chef-lieu de la province du Hubei au Centre et Chongqing, Municipalité au Sud-Ouest relevant directement des autorités centrales.

La ville délimitée au nord-ouest par le Yangzi et à l'est par les collines Pourpre et Or dont la première agglomération fut créée en 333 avant J-C par un roi de l'Etat de Chu ; elle devint en 229 capitale des Wu à l'époque des Trois Royaumes (220-265). Il faut attendre le XIVè siècle pour que Nanjing retrouve les honneurs.

En 1368, après avoir chassé les Mongols, Zhu Yuanzhang y fonda la Dynastie des Ming, en baptisant la capitale Yingtianfu (Acquiescement du Ciel). Il fit bâtir dans la banlieue est le Palais impérial ayant les même dispositions que la future Cité interdite de Beijing. Une muraille de 54 km autour de la ville, oeuvre titanesque réalisée en 20 ans, mais n'est peut-être rien si l'on a compare au milliard d'arbre qui furent plantés dans le pays sous son règne pour la construction des bateaux de la marine impériale-nombre des jonques de la flotte de l'époque pour la célèbre navigation maritime sous la conduite de Zheng He.

Le 2è empereur Jianwen, petit fils et successeur de Taizu, ne résistait pas longtemps à l'ambition de l'un de ses oncles Zhu Di (4è fils du fondateur) qui, à la tête des armées de la région de Pékin, prit Nanjing en 1403 et se proclama empereur Yongle en donnant la ville Nanjing (capitale du Sud). Le Grand Yongle mena la Chine des Ming à son apogée, mais décida de transférer en 1421 la capitale à Beijing, entreprenant les grands travaux d'aménagement des palais impériaux ainsi que ceux de la nécropole impériale à l'instar des dynasties anciennes.

(II) LE XIAOLING A NANJING

Le Xiaoling-tombeau de l'Empereur Hongwu (Taizu), Zhu Yuanzhang, se trouve à 43km dans la banlieue est de Nanjing, aux collines Pourpre et Or ;. Précisément au pied du pic Wanzhu, côte sud du mont Zhongshan. Il constitue l'un des gigantesques nécropoles impériales en Chine, donnant l'influence profonde à la formation du système de celles pour les deux dernières dynasties des Ming et des Qing.

Pourquoi l'appelait-on le Xiaoling ? Les travaux de construction débutés en 1381 durèrent presque 25 ans avec la mobilisation de 100 000 ouvriers et soldats et les financements massifs. Et L'année suivante, on y enterra l'impératrice Ma qui vient de recevoir le titre posthume « Xiaoci » (Piété et bonté) en raison duquel le tombeau portait le nom du Xiaoling. Celui-ci accueillira en 1399 l'empereur Taizu avec lequel furent enterrées vivantes une dizaine de favorites et de 46 dames d'honneurs.

Le vaste édifice sur plus de 130 hectares et l'enceinte de 22 km qui le protégeait ont été détruits par les guerres, seule subsiste l'impressionnante Voie sacrée (des Esprits) qui mène au tumulus où reposaient Hongwu et l'impératrice Xiaoci.

L'ensemble du Tombeau se divisait en deux parties : la Voie sacrée et l'édifice de la nécropole.

--LA VOIE SACREE qui s'achemine de Xiamafang-porte où tout officiel devait descendre du cheval) au Sifangcheng-Cité carrée où se dressait le « Pavillon des Mérites et Vertus au Xiaoling », dont la stèle haute de 8,78 m sur une tortue à tête du dragon portait l'inscription lapidaire de 2 746 caractères à la plume de Zhudi, en passant la Stèle d'Immortalité, la Portique dorée, la Porte rouge et la Porte rouge ouest.

La voie est bordée des sculptures en pierres : 12 paires de statues d'animaux : Lions, chameau, chevaux, éléphants, xieshi (sorte de licornes) et qilin (chimère), deux colonnes d'animaux mythique de bon augure attestant la vertu de l'empereur. La voie tourne ensuite vers le nord où se dressent 4 paires de mandarins civils et de chefs militaires reconnaissables à leur armure ainsi qu'un portique. L'allée s'étend sur quelques 1800 m de façon impressionnante. Sur le portique rouge étaient écrits trois gros caractères « Le Xiaoling des Ming ».

--LA NECROPOLE PRINCIPALE, débutant d'un pont en pierre, on suit l'entrée principale, le Pavillon de la Stèle, le Temple Xiangdian où conservait le portrait de Zhu Yuanzhang, et derrière

ce petit édifice mène un couloir ombragé de 100 m vers un autre grand Pont d'Immortalités. Au nord du pont se trouve la cité Fangcheng en bloc de pierre 75 m de large, 16 m de hauteur et 31m de profondeur avec un tunnel de 54 marches pour monter une tour rectangulaire, puis au nord une butte circulaire de 400 m de diamètre sous l'ombrage des pins qui couvre le tumulus abritant le tombeau de l'Empereur et de l'impératrice autour des murs de pierres et sur celui au sud sont sculptés 7 gros caractères «Ici le Tombeau de Taizu des Ming ». La tombe proprement dite n'a pas encore ouvert jusqu'ici.

Sur la Voie sacrée, après la série des statues d'animaux, une petite route monte en zigzag vers l'observatoire de Zijinshan fondé en 1934 sur le site d'un office d'astronomie créé en 1368 par les Ming.

Sous l'empereur Hongwu, trois grandes cérémonies se tenaient dans ce palais ; celui du Nouvel An lunaire, celle du solstice d'hiver et celle donnée à l'occasion de l'anniversaire de l'empereur. Aujourd'hui, une démonstration des rites et des cérémonies impériales y a lieu tous les maintins à 11 h à l'attention des touristes.

(III) LE SHISANLING A BEIJING

Le Shisanling-Treize Tombeaux des Ming situés à 45 km nord de Beijing, se trouve aux collines entre les Longshan-Fushan (les monts du Dragon et du Tigre et ceux du Tianshou ( Longévité céleste) dans le nord de l'arrondissement Changping à côté de la Grande-Muraille. Il couvre une quarantaine de km 2 qui forme un magnifique site dans la verdure aux édifices mortuaires. Classés monuments historiques, la Municipalité de Beijing investit 120 millions de yuans par an pour la protection et l'entretien. Et la zone de protection nationale projette de financer 70 millions de yuans pour construire un moderne entrepôt souterrain en vue de mieux conserver les objets précieux fouillés.

Les travaux de la nécropole commencèrent par construire en 1409 le Changling et duraient deux centaines d'années pour les 12 autres. 13 empereurs successeurs ayant chacun son nom d'ère et nianhao (année de désignation) porte respectivement les noms suivants :

1--Le Changling, mausolée de Yongle (Chengzu, 3è empereur 1403-1425) est le plus gigantesque, puis suivent :

2--le Xianling (Renzong, Hongxi 1425-1426), 3--le Jingling (Xuanzong, Xuande 1426-1436), 4--Yuling (Yingzong, Zhengtong-Tianshun 1436-1450,1457-1465), 5--Le Maolong (Xianzong, Chenghua 1465-1488), 6--Tailing (Xiaozong, Hongzhi 1488-1506), 7--Kangling (Wuzong, Zhengde 1506-1522), 8--Yongling (Shizong, Jiaqing 1522-1567), 9--Zhaoling (Muzong, Longqing 1567-1573), 10--Dingling (Shenzong, Wanli 1573-1620), 11--Qingling (Guangzong, Taichang 1620-1621), 12--Deling (Xizong, Tianyou 1621-1628) et 13--Siling (Sizong, Chongzhen 1628-1645).

Sans figurer le tombeau de Daizong considéré comme usurpateur pour règne de 8 ans (1449-1457) entre Yingzong.

Le site Shisanling s'annonce à partir de la bifurcation à 35 km de la capitale, des routes de la ville pour Badaling-Grande-Muraille et Shipaifang, grand Portique en marbre à cinq arches qui marque le début de la Voie des Esprits, esplanade élyséenne qui mènent au Changling, le mausolée de l'empereur Yongle et de l'impératrice Renxiao. Nous vous conseillons d'attarder le long de cette majestueuse voie sacrée et de reprendre le taxi qui vous conduira à l'entrée des tombeaux. Seul exhumé et ouvert au public, le Dingling est le plus fréquent dont l'intérieur souterrain pouvait se visiter.

C'est un site remarquable constitué par un cirque de collines en fer à cheval large de 7 km, profond de 9, ouvert au S.O, mais protégé par deux monta à l'entrée celui Longshan (colline du Dragon) à droite et celui Fushan (colline du Tigre) à gauche, traversé presque en son milieu par une rivière perpendiculaire à l'axe qui conduit aux tombeaux.

--LE SHENDAO (Voie des Esprits)

C'est l'entrée du Site érigée sous le règne de l'Empereur Jiaqing par le Shipaifang où tous les officiels habilités à pénétrer dans la nécropole devaient descendre de cheval, y compris Sa Majesté. Environ 1 km plus loin, la Grande Porte (Dahongmen), imposante à trois baies dont le portail central était réservé au passage des cercueils impériaux, s'ouvre sur le Shendao avec Beiting (Pavillon de la Stèle) qui abrite notamment celle haute de 9 m dressée en 1426 sous le règne de Renzong et portée sur une tortue à tête de dragon ou beili, animal symbole d'immortalité.

Au-delà la Voie sacrée passe entre deux colonnes (wangzhu) décorées de nuages, puis entre deux séries de douze paires de statues d'animaux qui représentaient successivement accroupis et debout ; Lions, chameau, chevaux, éléphants, xieshi (sorte de licornes) et qilin (chimère), deux colonnes d'animaux mythiques de bon augure attestant la vertu de l'empereur. Et viennent ensuite 4 paires de mandarins militaires, civils et lettrés qui forme le cortège funèbre. Cette portion de l'allée bordée de statues se clôt par Longfengmen (Porte di Dragon et du Phénix), symbolisant l'empereur et l'impératrice.

--LE CHANGLING

La voie sacrée se termine devant le tombeau construit en 1409 de l'Empereur Yongle et de l'impératrice Renxiao décédée en 1407. Extérieurement, ce tombeau est conçu sur le même plan avec une enceinte entourant trois cours et la tour de la stèle dressée contre le tumulus circulaire qui recouvre l'hypogée. Dans la seconde cour, le palais des Faveurs éminentes (Ling'endian) aux propositions monumentales s'élève sur une triple plate-forme en marbre blanc à balustrades ; il est couvert d'une double toiture en tuiles jaunes, reposant sur 60 énormes piliers en cèdre du Yunnan qui ont gardé la couleur d'origine du bois. Devant chacun des trois escaliers qui y donnent accès, on voit un four en céramique vernissée pour brûler les offrandes. On y effectuait des sacrifices devant la tablette impériale qui était disposée sur un socle en bois au centre de la salle. Celle-ci abrite depuis peu un très intéressant musée présentant les reliques trouvés dans la tombe Dingling.

Les pièces exposées sont très belles : objets rituels, bijoux en or, jade, argent et foisonné. Les splendides vêtements et tissus Ming sont des copies travaillées sur un métier à tisser de l'époque, tel que l'on peut le voir dans le musée.

De part et d'autre de l'axe principal voyez deux fours en céramique vernissée ou l'on brûlait les offrandes de rouleaux de soie, d'encens et de disques de jade. A l'est et à l'ouest se trouvent les tombes des l6 concubines impériales qui eurent l'honneur d'être ensevelies vivantes avec leur défunt empereur. (Cette pratique fut abolie au XVè siècle sous le règne de Zhengtong).

--LE DINGLING

Il s'agit du mausolée de l'empereur Wanli (1573-1619), l'un des plus illustres souverains de la dynastie, qui est y est enterré avec ses deux épouses, l'impératrice Xiaoduan décédée en 1620 et l'impératrice Xiaojing titre posthume après sa mort en 1612. Le tombeau fouillé en 1956-1959, fut construit quand il avait 22 ans et l'ensemble des travaux dura six ans (1584-1590).

Vous visitez ce tombeau avec son « Mur en diamants » élevé en brique qui obstruait une antichambre voûtée, comme toutes les salles de hypogée. Au fond une porte à deux vantaux en marbre, sculptés de têtes de lion en bas relief, donne accès à une longue galerie vide, d'où une seconde porte, comparable à la première, s'ouvre sur la salle centrale. Elle renferme trois autels dont le dernier est celui de l'empereur, devant lesquels un grand vase contenait encore de la graisse parfumée qui aurait dû alimenter une « lampe perpétuelle », la galerie du fond abrite les trois cercueils-celui de l'empereur est au centre et tout un mobilier funéraire qui se trouvait dans 26 coffres en laque rouge. De par et d'autre de la salle centrale, un corridor très étroit mène à une autre galerie voûtée, peut-être destinée à recevoir un sarcophage, mais qui étai vide.

Vous pourrez visiter au musée les objets précieux dont vêtements de brocart, le bonnet impérial (mian) à pendeloques de cristal de roche et de jade que portait le souverain en sa qualité du Fils du Ciel, l'épée et le chapeau de guerre porté par Wanli, sceau impérial, une tiare en perles, coffre à résille d'or, des bijoux de jade et une vaisselle d'or pour les sacrifices, ainsi que des épingles revêtues de plume de martin-pêcheur portées par l'impératrice Xiaoduan ; un oreiller chinois, une coiffure d'impératrice composée de 5 000 perles, de 12 dragons et de 9 phénix, revêtus de plumes de martin-pêcheur en argent doré etc..

-----Le Quotidien du Peuple en ligne le 6 juillet 2003 -----




Sous Cette Rubrique
 

Le Comité du Patrimoine mondial de l'Unesco a décidé d'inscrire les treize Tombeaux des Ming à Beijing plus le Xiaoling à Nanjing et les fameux « Trois Fleuves parallèles » au Yunnan à la Liste des sites culturels et des biens naturels lors de sa 27è session annuelle qui s'est tenue du 30 juin au 5 juillet à Paris. Ce qui porte à 30 le nombre de ses sites du patrimoine mondial depuis son adhésion à la Convention de l'Unesco en novembre 1985.

Recherche avancée


 


Copyright © 2000-2003   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.