La Fête de la Mi-Automne
La Fête tombe le quinzième jour du huitième mois du calendrier lunaire : les ancêtres chinois croyaient que l'automne embrasse une période de trois mois (le septième, le huitième et le neuvième) de l'année lunaire.
Ses festivités datent de plus de 2 000 ans. Sous les dynasties féodales, lorsque l'empéreur priait le ciel qu'il donnait une bonne année, le matin du quinzième jour du deuxième mois lunaire était destiné à la culte du soleil, et le soir du quinzième jour du huitième mois lunaire, à l'adoration de la lune. Ce jour-là, le "fils céléstre" allait faire des sacrifices au Temple de la Lune à l'ouest de Pékin, aujourd'hui devenu un parc ouvert au public.
Pour les cultivateurs d'époque, la mi-automne était plutôt la moisson. La récolte abondante leur faisait la joie, en dissipant leur fatigue issue du travail dur. Le 15 aout du calendrier lunaire leur offrait ainsi l'occasion de fêter la bonne moisson.
Les membres de la famille paysanne se réunissaient la nuit dans leur cour pour contempler la pleine lune faisinante, en savourant les offrandes après la cérémonie religieuse. Pour les enfants, c'était l'occasion d'écouter de nombreux contes légendaires sur la lune.
Le conte le plus répandu relate l'envol d'une fée vers la lune : Il y a bien longtemps, une sécheresse horrible frappait la Terre. Sous l'effet de la chaleur caniculaire de dix soleils suspendus dans le ciel, les arbres et les herbes étaient desséchés, les sols craquelés, et les rivières taries. Beaucoup de gens étaient morts de faim et de soif.
Le Roi Céleste a dépêché Hou Yi au secours des sinistrés. Ce dernier a descendu neuf soleils à l'aide de son arc rouge et des flêches blanches. Aussitot après, le climat s'est rafraichi. Les pluies battantes ont rempli de nouveau les rivières et fait revivre les arbres et les herbes. Tout est revenu à la normale.

Un jour, une jeune fille du nom de Chang'e prenait le chemin de retour, une jarre à la main, lorsqu'elle a rencontré Hou Yi qui lui a demandé un peu d'eau potable. A la vue de ses armes, elle a reconnu que le garçon était le sauveur du monde. Ayant satisfait sa demande, elle a ceuilli un bouquet de fleurs qu'elle lui a offert en signe de respect. Le "chasseur du soleil" lui a donné en contrepartie une fourrure de renard argenté. Etant tombés amoureux lors de cette rencontre, ils se sont mariés peu après. Comme ils sont mortels, Hou Yi a décidé, en vue d'éterniser leur vie d'amour, de chercher le philtre de longue vie. Il s'est rendu aux Monts Kunlun où résidait la Deesse Mère de la Reine de l'Ouest.
Touchée par sa fidélité à l'amour, la Grande Mère lui a remis la remède à base de fruit de l'arbre de longévite, en lui disant : le breuvage doit être partagé par le couple s'il veut vivre longtemps ensemble. Dans le cas où l'un des conjoints l'avale tout seul, il (elle) monterait en vol à la lune, où il (elle) vivra à jamais en tant qu'immortel.
Après son retour, l'archeur a confié ce conseil à sa femme, décidant de boire l'élixir ensemble le quinzième jour du huitième mois lunaire, lorsque la pleine lune apparait.
Un garçon méchant, nommé Feng Meng, a entendu en cachette leur conversation. Il voulait vivre immortel avec Chang'r, au détriment de Hou Yi. L'occasion se présentait enfin. Un jour, il a assassiné Hou quand ce dernier rentrait de la chasse.
Le meurtrier a forcé la femme de Hou à céder le philtre. A la nouvelle de la mort de son mari, la veuve pleurait à chaudes larmes et l'a avalé tout seule. Sous l'effet du breuvage magique, elle a decollé et volé vers la lune sur le champ.

Ayant aluni, Chang'e a decidé de vivre sur la lune, le corp céleste le plus proche de la Terre. Elle y menait une vie sobre et calme. Immortelle, elle pensait pourtant au monde des mortels, sans jamais oublir son amour pour le mari et les gens qui avaient partagé le heur et le malheur avec elle.
Pendant plusieurs siècles écoulés, les Chinois comparaient la vicissitude de l'existence d'un homme à la variation de la lune, qui va de la croissance à la decroissance comme la joie alterne avec la peine, et la séparation avec le rassemblement dans le monde humain. La pleine lune, en forme ronde, symbolise la réunion. C'est ainsi que la Fête de la Mi-Automne s'appelait également la Fête de la Réunion. Ce jour-là, les membres de la famille ont la coutune de se réunir au domicile des parents. Celui qui reste ailleurs a naturellement la nostalgie de son foyer et de ses parents.
Aujourd'hui, les festivités sont variées. On ne reste plus toujours chez soi après le diner-réunion de la famille. Beaucoup de gens vont assister aux variétés de spectacle dans le parc ou sur la place publique. A Guangzhou (Sud de la Chine), la gigantesque exposition traditionnelle de lanternes attirent chaque année durant la fête une grande foule de gens. Les illuminations des lampions diverses, au nombre de milliers, ajoutent à la clarté de la lune.
Le spectacle de la marée montante apparue à la fête de la Mi-Automne au fleuve Qiantang, province du Zhejiang (Est de la Chine), est également impressionnant. Sous l'effet de la forte gravitation entre le soleil, la Terre et la lune sur la mer, les flots déferlent furieusement, d'autant plus que l'embouchure du fleuve est très étroit comme le clairon. Massés au bord du fleuve, les touristes assistent au roulement des vagues successives, qui atteignent au plus haut trois métres et demi.
La célébration de la fête diffère selon les localités. Mais durant la fête, tous les Chinois suivent la coutume de consommer le gateau de lune. Le récit sur le gateau en forme de lune remonte au 14ème siècle. A l'époque, la Chine était sous la domination cruelle des Mongols. Les paysans chinois ont décidé en secret de se révolter dans la nuit de la Fête de la Mi-Automne. Profitant de la coutume de s'offrir mutuellement des gateaux de lune pendant la fete, l'organisateur a fourré le billet portant le plan de soulèvement dans les gateaux. L'insurrection a été lancée à la date fixe et couronnée de succès.
Le gout du gateau varie selon les régions. Celui de Beijing est sucré avec la farce de jujube ou de fève. Le plus délicieux est le gateau de Guangdong, bourré de plusieurs denrées : sésame, amende, noisette, noix de coco, grains de lotus et jaune d'oeuf.


Copyright © 2000   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.