Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>VOIX DE LECTEURS
Mise à jour 08.04.2008 16h58
Certains politiciens français doivent réfléchir sérieusement à leur attitude envers les Jeux Olympiques

Le 7 avril, le parcours à Paris du relais de la torche des Jeux Olympiques de Beijing s'est heurté à des perturbations et à des sabotages de la part d'un petit nombre d' « indépendantistes tibétains » et compte tenu des difficultés rencontrées par la police parisienne pour contrôler la situation, la torche olympique a dû changer provisoirement de mode de transmission durant son parcours. Bien que grâce à l'accueil chaleureux du public français qui a permis au relai de la torche olympique de terminer son parcours, mais la torche a dû être éteinte pour être transportée dans un bus de la sécurité. Cet incident qui a eu lieu dans le pays natal de Pierre de Coubertin (1863 à 1937) qui est le père du mouvement international olympique est vraiment quelque chose de regrettable.

Depuis le commencement du relais de la torche olympique, la flamme sacrée olympique a été toujours chaleureusement accueillie par les peuples des pays qu'elle traverse. En Grèce, en Chine, en Kazakhstan, en Turquie, en Russie et en Grande-Bretagne, les gouvernements locaux et les masses populaires locales ont tous accordé une grande importance au relais de la torche olympique. Ils ont non seulement tenu des cérémonies solennels d'accueil, en plus ils ont pris des mesures de protection minutieuses et sévères pour assurer la sécurité de la flamme olympique sacrée. Durant tout cela, bien qu' un petit nombre d' « indépendantistes tibétains » ont créé des troubles pour perturber le relais de la torche olympique, mais celui-ci a poursuivi sa route selon le programme prévu et aucun grave problème n'est survenu. Mais à Paris le torche olympique a subi des attaques anormales.

Ce qui ne ressemble pas aux précédentes étapes, c'est que malgré l'accueil chaleureux réservé par le public français à la torche olympique, mais les personnalités officielles françaises lui ont réservé un accueil froid. Lors de tout son parcours, la mairie de Paris a envoyé un seul représentant pour l'accompagner et aucun membre important du gouvernement français n'était présent. L'attitude négligente des autorités françaises à l'égard de la flamme olympique sacrée et le contrôle inefficace de l'ordre et de la situation par la police française nous incitent à réfléchir sur le rapport possible entre les deux choses et éveillent de graves soupçons.

Durant tout le parcours du relais, les protestations d'un petit nombre d' « indépendantistes tibétains » ne suscitent pas de graves inquiétudes et la Chine ne se soucie aucunement de ces protestations, car le Tibet était depuis toujours un territoire chinois et les faits démontrent que l'incident du 14 mars qui s'était dégénéré en graves actes de violence, de destruction, de pillage et d'incendie était fomenté, créé, préparé et organisé par un petit nombre d'« indépendantistes tibétains ». Durant tout le traitement et le règlement de cet incident, le gouvernement chinois a fait preuve de sens raisonnable, équitable et rationnel et toutes les mesures qu'il a prises est légales et conformes aux lois du pays et aucune d'entre-elles est condamnable. Les troubles créées par un petit nombre d' « indépendantistes tibétains » avec l'appui et le soutien des forces antichinoises ne peut aucunement gêner la transmission de la torche olympique et ils ne peuvent absolument pas empêcher les aspirations des peuples du monde à la paix et à l'amitié – les deux choses que représentent la flamme sacrée olympique. Au contraire, ce sont les démonstrations d'un petit nombre de politiciens français qui donnent à réfléchir, qui nous étonnent et qui sont ridicules.

Le même jour du déroulement du relais, le maire de Paris a donné l'ordre d'accrocher au-dessus de la Mairie une grande banderole sur laquelle sont écrites les mots « Paris soutient les droits de l'homme du monde entier » et le sens de la phrase est clair et évident, elle veut dire que Paris soutient les droits de l'homme des « indépendantistes tibétains ». En cas où ces politiciens français désirent vraiment protéger les droits de l'homme, alors nous saluerons naturellement leur geste. Mais ce que nous désirons savoir c'est si ces politiciens français ont vu les cadavres calcinés des personnes innocentes brûlées et tuées par les « indépendantistes » lors de l'incident du 14 mars ? Les droits de l'homme des « indépendantistes tibétains » sont soutenus et protéger par un petit nombre de politiciens français, alors qui respectera les droits à la vie des personnes innocentes tuées et brûlées vives par les « indépendantistes » ? On se demande également c'était à partir de 1954 ou à partir de 1962 que ces politiciens français commencèrent à soutenir et à protéger les droits de l'homme, car tout le monde sait que les intentions et les tentatives de la France de maintenir la violence à l'appui de leur domination colonialiste en Asie et en Afrique ont duré très longtemps et beaucoup plus longtemps que les autres.

Le peuple chinois a toujours attaché beaucoup de prix à l'amitié sino-française et les relations économiques et commerciales et les échanges culturels entre les deux pays ont été très serrés. Des hommes politiques français éminents, dont Charles de Gaulle, Giscard d'Estaing et Jacques Chirac sont très connus en Chine et les gens du peuple en Chine éprouvent une grande sympathie pour les Français. Mais alors pourquoi durant le présent relais de la torche olympique un petit nombre de politiciens français n'attachent aucun prix à l'amitié avec le peuple chinois ?

En lançant la seule phrase « soutien aux droits de l'homme » et il semble à certains politiciens français qu'ils sont parvenus au sommet de la moralité, mais ont-ils bien ouvert les pages de l'histoire ? La France est-elle qualifiée pour parler des droits de l'homme avec la Chine ? En Chine à Beijing (Pékin), les ruines de Yuanmingyuan (Jardin de la Splendeur rayonnante, qui était le plus beaux et le plus luxueux des palais-jardin impériaux de la Chine et qui a été brûlé et détruit en 1860 par les forces anglo-françaises, est toujours devant nos yeux et il montre au monde entier les atrocités et les actes destructeurs monstrueux et abominables commis par des Français et des Anglais. Aujourd'hui, si la France désire parler des droits de l'homme avec la Chine, elle doit auparavant présenter ses excuses pour la destruction de ce jardin magnifique et restituer à la Chine la grande quantité des objets historiques précieux et rares pris, enlevés et volés de la Chine.

Le Président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) Henri Sérandour a déclaré : « La flamme olympique sacrée a lancé au monde entier le signal de la paix, l'empêcher de passer est le manque de respect à l'égard de la liberté fondamentale des sportifs qui transmettent la torche. ». Certains politiciens français doivent bien réfléchir à cette phrase et se livrer à l'introspection en analysant leurs états d'âme, leurs sentiments ainsi que leur conscience individuelle.

Dou Hanzhang

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Des officiels français du sport critiquent sévèrement le « kidnapping » des Jeux Olympiques
 Déroulement du relais de la torche olympique sacrée à Paris
 Le MEA tire au clair du reportage de médias étrangers sur le relais de la torche olympique à Paris
 Le relais de la torche olympique à Londres a été perturbé
 Une organisation olympique met son veto au boycottage des Jeux
 Le président français toujours contre le boycott des Jeux Olympique à Beijing en 2008
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.