Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>VOIX DE LECTEURS
Mise à jour 11.04.2008 15h18
Le TYC : une organisation terroriste plus terrorisante que celle de Ben Laden
Cette photo publiée par l'Agence anglaise Reuter montre que le 14 mars à Lhassa, des voyous et des malfaiteurs armés de gourdin et de couteau s'apprêtent à tabasser un homme tomber à terre.

L'organisation terroriste al-Qaïda, dirigé par Ben Laden, a fomenté et organisé à travers le monde de nombreuses activités terroristes, dont explosions, détournement d'avions, ... etc. et elle est devenue tristement célèbre de par le monde. Mais, en évoquant le TYC, il y a peu de gens qui le connaissent, et surtout qui est au courant de ses tenants et de ses aboutissants. Et ce sont les émeutes et les troubles qui ont éclaté le 14 mars dernier à Lhassa et qui se sont dégénérés en actes de violence, de destruction, de pillage, d'incendie et de tuerie qui l'a fait paraître de façon distincte et nette aux yeux du monde.

Le TYC, dont le nom complet c'est Tibetan Youth Congress (en français : Congrès de la jeunesse tibétaine), a été fondé en 1970 et il est constitué principalement des descendants des nobles et des seigneurs qui s'étaient enfuis en Inde avec le Dalai Lama. Il compte actuellement près de 30.000 éléments et il dispose à travers le monde entier d'un grand nombre de cellules dont 70 aux Etats-Unis. Depuis le premier jour de sa création, le TYC a toujours comme objectif l'« indépendance totale du Tibet ». Par la suite, un grand nombre de ses membres ont accédé au « gouvernement tibétain en exil » et ces derniers sont devenus des éléments noyaux du pouvoir de la clique du Dalai Lama. Le TYC se consacre depuis de longues années à des activités de séparation, de division et de scission de la patrie et il est le principal exécuteur de l'objectif fixé par la clique du Dalai Lama – l'Indépendance totale du Tibet. Les violents troubles et émeutes qui ont eu lieu à Lhassa sont fomentés et organisés par le TYC et on peut dire qu'il a accompli un « exploit éclatant ».

Contrairement à la couverture dont se drape souvent le Dalai Lama qui clame partout qu'il préconise la « non violence », le TYC déclare ouvertement que pour accomplir sa « première et principale tâche » qui est l'indépendance du Tibet, il utilisera tout moyen possible, y compris violence et terrorisme. Gesang Pingcuo, le précédent président de TYC a proféré des menaces en disant : « Pour servir notre cause, nous n'hésiteront pas à employer n'importe quel moyenque ce soit violence ou non violence. » Le petit frère du Dalai Lama Danzeng Qujie a dit plus directement de son côté : « les activités terroristes nous permettent d'atteindre le meilleur résultat avec le plus bas coût. » Ces propos flagrants et non dissimulés nous montrent qu'il n'y a pas de grandes différences entre le TYC, l'al-Qaïda et les éléments terroristes et armés de la Tchétchénie qui sont en fait de la même nature. Les faits démontrent que le TYC ne cède en rien aux deux autres organisations terroristes et les dépasse même.

En réalité, les troubles qui ont commencé à Lhassa le 10 mars et la violente et grave émeute qui les a suivis le 14 mars sont en fait « fabriqués » par le TYC qui a préparé, manigancé et comploté depuis longtemps pour cela. Déjà en fin août de l'année dernière, un correspondant de « Yazhou Zhoukan » (YZZK), un hebdomadaire hongkongais, a remarqué lors d'une visite en Inde, que le TYC s'apprêtait à mener des actes de violence et même à organiser des troupes de guérilleros. Il a obtenu pour cela le soutien financier de la Fondation gouvernementale américaine. A cet effet, il a encouragé les jeunes Tibétains de l'intérieur à mener des activités clandestines.et à recueillir des renseignements secrets en ce qui concerne les installations ferroviaires et hydrauliques de la Région autonome, et même des renseignements sur le cantonnement des troupes au Tibet. Il a informé ses supérieurs que la défense chinoise est faible et qu'il sera facile d'organiser un soulèvement. Le 4 et le 5 janvier 2008, six organisations pour l' « indépendance tibétaine », dont le TYC, l'Association des femmes tibétaines (AFT), le Mouvement estudiantin du Tibet libre (METL), le Mouvement « Neuf, Dix, Trois », le Parti démocratique national du Tibet, le site Web « soutien international au Tibet », l'Organisation des écrivains tibétains, ont tenu conjointement à New Delhi, en Inde, une conférence de presse au cours de laquelle elles ont publié la soi-disant « déclaration du“Mouvement de la grande insurrection du peuple tibétain”(MGIPT) », laquelle a été distribuée par la suite en ligne. Vu que le gouvernement chinois n'a pas satisfait les demandes absurdes, insensées et injustifiées de la clique du Dalai Lama, le TYC et les six autres organisations ont décidé alors de provoquer un incident le 10 mars (délai limite) et ont incité une partie des moines à causé des troubles. Mais comme elles ont constaté que leur but n'est pas atteint, elles ont alors déclenché impudemment et de façon flagrante, le jour du 14 mars, le monstrueux et l'abominable incident d'une cruauté inouïe qui a fait tellement de morts innocent et de blessés, ainsi que des dégâts énormes et considérables.

La grande quantité d'armes d'attaque saisis par la police après l'incident dans des loges de moines de certains temples et monastères prouve sans aucun doute la nature violente et terroriste du TYC. Le porte-parole du Ministère chinois de la Sécurité publique Wu Heping a révélé que ces armes comprennent entre autres : 178 fusils et pistolets, 13013 cartouches, 359 sabres, coutelas et couteaux, des explosifs dont 3.504 kilos de dynamites, 19.360 détonateurs et deux grenades. En cas d'utilisation de toutes ces armes, leur capacité de destruction sera effrayante et terrible et elles causeront de grands et considérables dommages et ravages. Alors, une organisation qui pratique de tels actes violents, destructeurs et sanguinaires comparables à ceux exécutés par les membres de l'al-Qaïda de Ben Laden, si on ne la désigne pas comme organisation terroriste alors y en aura-t-il d'autres qu'on pourrait appelées de la même façon ?

Pour atteindre leur but, les terroristes n'hésitent pas à employer le violence, la terreur, l'attentat et même la prise d'otages pour impressionner les gens pour qu'ils les craignent et leur obéissent. Ils traitent la vie des autres comme un fétu de paille. Ils agissent toujours comme cela et cette façon de faire est monnaie courante pour eux. Le 15 mars, le TYC s'empresse de convoquer à Dharamsala, en Inde, une réunion du comité exécutif de son comité central, au cours de laquelle il a été décidé à l'unanimité d'organiser immédiatement une troupe de guérilla qui aura pour mission de s'introduire au Tibet pour y engager la lutte armée. Puis les participants ont élaboré un programme préliminaire au sujet du recrutement d'effectifs, de la collection de fonds et de l'achat d'armes. Ils ont discuté en outre des possibilités de franchir secrètement la frontière chine-Népal pour entrer secrètement en territoire chinois. Un responsable du TYC a déclaré farouchement que pour obtenir la victoire finale, ils sont prêts à sacrifier au moins encore cent Tibétains. Aux yeux de ces sanguinaires, la vie des compatriotes tibétains est moins précieuse que celle d'une fourmi, et il a ainsi révélé par mégarde la nature odieuse de ces brigands de terroristes.

Le 25 mars, c'est-à-dire le lendemain de l'allumage à Olympie, en Grèce, de la flamme des Jeux Olympiques de Beijing, environ 50 membre du TYC ont allumé une soi-disant « torche qui symbolise l'indépendance tibétaine ». Mais ce qui est navrant pour eux, leur torche n'a pu en fin de compte devenir la « flamme sacrée » qui brûle au fond du cœur des peuples du monde épris de la paix. Au contraire, leur soi-disant « torche » ne peut que permettre au monde entier de mieux connaître leur véritable visage de terroriste et la fin qui les attend c'est d'être ignominieusement dévoré, consumés et enterrés dans l'incendie qu'ils ont allumée eux-mêmes dans l'enfer.

Zheng Gongmin

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Les deux faces de « l'indépendance tibétaine » : le Dalai Lama et le TYC
 Qiangba Puncog a déclaré que les masses populaires multiethniques tibétaines soutiennent fermement le gouvernement dans le traitement des émeutes à Lhasa
 La Chine rejette toute enquête internationale sur les émeutes de Lhassa
 Le niveau de vie des paysans et pasteurs tibétains s'est amélioré sans cesse
 La Chine octroie des subventions aux boutiques, hôtels et restaurants endommagés par les violences du 14 mars à Lhassa
 « Le vrai visage dissimulé sous le masque de "bienveillance"
 Les actes de violences de Gannan ont été fomentés par des sécessionnistes
 Critique de la proposition de mener une enquête "internationale", " indépendante"sur les émeutes au Tibet
 L'article d'un blog qualifie le "Congrès de la Jeunesse tibétaine" de pure organisation terroriste
 Les réactions venant de l'Europe : La reconnaissance des « faits tronqués » traîne toujours
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.