Dernière mise à jour à 14h48 le 08/10

Page d'accueil>>Economie

Chine : de nouvelles restrictions pour refroidir le marché immobilier

le Quotidien du Peuple en ligne | 08.10.2016 14h47

Lors des vacances de la fête nationale, les gouvernements locaux de 19 villes de Chine ont déployé des mesures visant à refroidir leurs marchés immobiliers en surchauffe, notamment en augmentant le taux de l'acompte et en imposant des restrictions d'achat.

Les experts ont salué ces politiques, les qualifiant de « compréhensibles », et notant que le gouvernement est obligé d'éviter la surchauffe du marché du logement.

Les mesures ont été déployées entre le 30 septembre et le 6 octobre dans des villes de premier rang notamment Beijing et Shenzhen, ainsi que dans des municipalités plus petites, comme Wuxi et Suzhou, dans l'Est du pays.

Certaines mesures comportent une augmentation de l'acompte minimum du prêt hypothécaire pour les acheteurs d'appartement. Le gouvernement municipal de Beijing, par exemple, a introduit le 30 septembre une politique visant à augmenter le taux d'acompte pour ceux qui achètent un bien immobilier pour la première fois à 35% contre 30%.

D'autres gouvernements locaux ont également lancé des mesures destinées à limiter le nombre de biens immobiliers que les citoyens peuvent acheter.

Mardi 4 octobre, le gouvernement de Guangzhou (Sud de la Chine) a publié une déclaration stipulant que les résidents locaux peuvent acheter un maximum de deux biens immobiliers, tandis que les non-résidents locaux capables de fournir des preuves du paiement d'impôts ou de cotisations de sécurité sociale ne peuvent acheter qu'un seul logement au plus.

Selon les experts, les politiques immobilières des collectivités locales chinoises se sont montrées volatiles au cours des dernières années. Par exemple, le gouvernement de Zhuhai (Sud du pays) a lancé jeudi 6 octobre une mesure limitant certains droits d'achat des résidents, seulement à peu près six mois après la levée complète des restrictions d'achat par la municipalité.

« Afin de maintenir une croissance saine de l'économie nationale, le gouvernement central doit veiller à ce que le marché immobilier se développe d'une manière stable, ni surchauffé ni trop refroidi », a indiqué vendredi 9 octobre Xue Jianxiong, président de la société de gestion d'actifs UTC.

Gu Yunchang, directeur adjoint de l'Association chinoise de la recherche sur l'immobilier, estime quant à lui que le marché de l'immobilier en Chine a des tendances cycliques.

« Le marché de l'immobilier a diminué en 2014 et s'est stabilisé en 2015. En 2016, il a montré des signes d'irrégularité. Les marchés du logement dans la plupart des villes de premier et de second rang se sont réchauffés, mais l'offre excédentaire a perduré dans les petites villes », a-t-il souligné.

Les données du Bureau national des statistiques montrent qu'en septembre, 64 des 70 grandes villes de Chine ont vu leurs prix des habitations augmenter par rapport à août, tandis que 62 ont vu flamber leurs prix des logements sur une base annuelle.

(Rédacteurs :Guangqi CUI, Wei SHAN)
Partez cet article sur :